Au cours de son histoire, le magazine a aussi eu un impact sur l’avancement de la littérature québécoise en accueillant dans son contenu éditorial des auteurs qui se démarqueront tels que les écrivains Gabrielle Roy et Claude-Henri Grignon.

Le Bulletin des agriculteurs est centenaire

La plus ancienne publication francophone canadienne spécialisée en agriculture, Le Bulletin des agriculteurs, célèbre ses 100 ans.

Publié pour la première fois le 2 février 1918, Le Bulletin des agriculteurs est devenu une véritable institution dans le monde agricole.

Dans la conjoncture médiatique actuelle, il s’agit d’un rare magazine toujours publié «sur papier» après 100 ans d’existence. Le Bulletin des agriculteurs n’est disponible que sur abonnement. Quelque 10 000 copies sont imprimées mensuellement.

À l’origine, Le Bulletin des agriculteurs était la propriété de la Société coopérative agricole des fromagers du Québec, l’ancêtre de La Coopérative fédérée. Sa mission était de promouvoir la coopération et l’avancement de l’agriculture.

En 1924, le directeur du Bulletin, Joseph-Noé Ponton, utilisera les pages du magazine pour inviter les cultivateurs à une réunion historique. Cette initiative mènera à la formation de l’Union catholique des cultivateurs connue aujourd’hui comme l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Au cours de son histoire, le magazine a aussi eu un impact sur l’avancement de la littérature québécoise en accueillant dans son contenu éditorial des auteurs qui se démarqueront tels que les écrivains Gabrielle Roy et Claude-Henri Grignon.

Albert Chartier, considéré comme le père de la bande dessinée québécoise, a créé pour Le Bulletin le personnage mythique d’Onésime qui connaîtra un immense succès pendant près de 60 ans.