Le Barreau veut des avertissements clairs sur l’emballage du cannabis

Comme pour la cigarette, les effets nocifs du cannabis devront être écrits en toutes lettres sur l’emballage du produit bientôt en vente légale au pays, estime le Barreau du Québec.

Présent en commission parlementaire, l’ordre professionnel des 26 500 avocats de la province s’est dit globalement satisfait du projet de loi 157 édictant la Loi encadrant le cannabis.

Le Barreau sert quelques conseils au gouvernement du Québec, notamment d’avoir un régime d’étiquetage plus strict pour le cannabis. «Dans un souci de santé publique, particulièrement dans un contexte où les jeunes de 18 à 24 ans sont les plus grands consommateurs de cannabis, nous croyons que l’emballage des produits de cannabis devrait comporter des images et informations dissuasives à l’instar de ce qui se fait pour le tabac», écrit le Barreau du Québec dans son mémoire.

En plus d’informer les consommateurs, la présence d’avertissements clairs contribuera à mettre producteurs et manufacturiers à l’abri de poursuites judiciaires, croit le Barreau du Québec.

L’ordre professionnel approuve la fixation de l’âge légal pour la consommation de cannabis à 18 ans. Un âge minimal supérieur à 18 ans serait susceptible d’être contesté sur la base d’une discrimination fondée sur l’âge en vertu des chartes des droits, signale le Barreau.

Tolérance zéro au volant

Le gouvernement du Québec a annoncé son intention de mettre en veilleuse la mesure de tolérance zéro pour les automobilistes conduisant avec les facultés affaiblies par le cannabis jusqu’à ce que les appareils de détection puissent déceler la consommation récente de cannabis.

Le Barreau invite les élus à conserver dans le projet de loi la règle de tolérance zéro pour les jeunes conducteurs exclusivement, à l’instar de ce qui est déjà prévu pour l’alcool.

Le Barreau suggère une gradation des peines pour les jeunes contrevenants plutôt que la suspension automatique du permis pour 90 jours tel qu’il est prévu. 

À quelques mois de la légalisation du cannabis, le Barreau du Québec insiste sur l’importance des campagnes de prévention et d’éducation concernant les conséquences médicales et juridiques de la consommation de cannabis.