L’avis d’ébullition se poursuit à Saint-Bernard de Beauce

Les citoyens de Saint-Bernard de Beauce devront prendre leur mal en patience. Bien que les analyses effectuées par le ministère de l’Environnement ne révèlent aucune trace de la bactérie Campylobacter dans l’eau potable, la municipalité maintient l’avis d’ébullition de l’eau jusqu’à nouvel ordre.

Même si des traces de la bactérie Campylobacter n’ont pas été retrouvées dans les échantillons d’eau, cela ne signifie pas qu’elle n’a pas été présente lors de l’apparition des premiers cas de gastro bactérienne a indiqué au Soleil le docteur René Veillette, médecin-conseil à la direction de Santé publique du CISSS de Chaudière-Appalaches.

«Dans les résultats que nous avons obtenus […], on a eu la confirmation que ces derniers démontrent la présence de bactéries d’origine fécale, on parle d’E. coli. Cela démontre que le réseau est vulnérable, ce qui explique pourquoi on maintient l’avis d’ébullition», a ajouté le Dr Veillette.

Ce dernier a aussi confirmé au Soleil que les symptômes provenant de ces deux différentes bactéries peuvent entraîner les mêmes maux gastriques, dont ont souffert certains citoyens de Saint-Bernard de Beauce.

Au courant de la dernière semaine, plusieurs échantillons d’eau ont été prélevés un peu partout dans la municipalité. Il n’a toutefois pas été possible d’identifier quelle a été la source de la contamination. C’est pourquoi le ministère de l’Environnement a ordonné à la Ville d’effectuer de nouveaux échantillonnages afin d’identifier la source de la bactérie.

«Parmi les cas qui ont été confirmés par des cultures de selles positives à l’effet qu’ils ont été contaminés par la bactérie Campylobacter, nous avons fait suivre certains de ces échantillons à notre laboratoire de Santé publique et on a reçu cinq résultats démontrant que les gens ont été contaminés par une seule source commune», a ajouté le docteur Veillette, laissant croire que la source de contamination ne s’est pas généralisée.

Le nombre de cas de gastro bactérienne se maintient toujours, on dénombre donc une trentaine de cas, dont 10 ont nécessité une hospitalisation.

L’avis d’ébullition est en vigueur à Saint-Bernard de Beauce depuis la mi-juillet.

La bactérie E. coli avait également été détectée dans les réserves d’eau dans la municipalité de Shannon, qui avait émis d’ébullition la semaine dernière.