Laurentienne élargie entre de la Faune et Louis-XIV

Le gouvernement du Québec a annoncé une fois pour toutes, lundi après-midi, l'ajout d'une voie sur l'autoroute Laurentienne en direction sud, entre la rue de la Faune et le boulevard Louis-XIV. Il crée également un bureau de coordination en vue d'élargir les voies rapides jusqu'au centre-ville de Québec. Un échéancier doit suivre ce printemps pour ce projet estimé à 100 millions $.
La députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, a fait la grande annonce lors d'une conférence de presse tenue en plein air près du chantier à venir. «Il faut savoir qu'il y a déjà trois voies en direction nord sur une bonne partie du tracé, une voie pour tous, alors ce sera la même chose en direction sud. La troisième voie ne sera pas réservée aux autobus, ce sera une troisième voie accessible à tout le monde», a-t-elle déclaré, ne cachant ni sa fébrilité ni sa fierté politique.
Son collègue député de Charlesbourg, François Blais, qui est aussi ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, a pour sa part mis l'accent sur le bureau de coordination qui est créé pour le projet d'élargissement de Laurentienne dans sa portion sud, entre l'autoroute Félix-Leclerc et la rue de la Croix-Rouge, aux portes du quartier Saint-Roch. Sans cela, il n'y a pas de «sens» à pareil chantier, a-t-il admis, car les bouchons de circulation vont simplement se déplacer dans l'axe nord-sud.
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a rebondi là-dessus. Affichant un air renfrogné, quasi dédaigneux, celui-ci a reformulé l'annonce du jour. «Ma compréhension, les garanties que j'ai eues pour être ici aujourd'hui, c'est qu'on annonce que le boulevard Laurentien [sic] sera élargi sur toute sa longueur et qu'au printemps - et pour moi, le printemps, c'est avril - le bureau de projet va annoncer l'échéancier des travaux», a-t-il lancé à son tour au micro.
Interrogé sur son hésitation à participer à la conférence de presse, l'élu municipal a répondu : «Il manquait de détails, disons.» Des tractations ont eu lieu toute la fin de semaine et jusqu'à la dernière minute.
Pressé de commencer
Le ministre des Transports, Laurent Lessard, n'a pas renié l'interprétation du maire sur l'ampleur du projet. Il a indiqué que son administration était pressée d'aller en appel d'offres pour la partie nord afin de commencer les travaux cet été et de les compléter pour l'automne 2018.
La troisième voie promise sera ajoutée du côté du terre-plein pour conserver deux voies de circulation pendant le chantier et éviter de défaire et refaire les bretelles d'entrée et de sortie de l'autoroute. Les travaux sont estimés entre 10 et 25 millions $ et comprennent la reconstruction du viaduc du boulevard Louis-XIV.
Pour le reste, M. Lessard dit avoir «démêlé» la position gouvernementale à l'invitation du maire Labeaume et être prêt à la défendre au cours des prochaines années. «Aujourd'hui, il n'y a rien de plus clair que ça. On a fait nos choix, on les assume, on les supporte et on les développe.» Il a estimé l'ensemble des investissements nécessaires à 100 millions $.
Étienne Grandmont, directeur général d'Accès transports viables, était beaucoup moins enthousiaste. «On a vraiment la confirmation qu'au gouvernement du Québec, on a encore de la difficulté aujourd'hui en 2017 à faire le lien entre la mobilité des personnes et l'étalement urbain», a-t-il déploré. Celui-ci considère qu'avec ce rejet de la voie réservée aujourd'hui, «revenir en arrière, c'est quasiment une impossibilité politique» pour toujours.
Pour la portion plus au sud, M. Grandmont en appelle non seulement à une voie réservée pour les autobus - à laquelle souscrit le maire Labeaume, à la condition qu'il y ait aussi trois voies pour les automobiles -, mais à la transformation de l'autoroute Laurentienne en boulevard urbain à partir de Soumande pour plus de quiétude dans les quartiers avoisinants.
Quant au député de la Coalition avenir Québec (CAQ) Éric Caire, il s'est dit «en partie satisfait» de l'annonce, qu'il a qualifiée de «hors-d'oeuvre». «On attend encore le plat principal. C'est pas vrai qu'il y a de la congestion routière sur l'autoroute Laurentienne seulement du nord vers le sud. Ces gens-là retournent chez eux. Pourquoi on n'élargit pas l'autoroute des deux côtés?» a-t-il demandé.