L'armée et la SQ secourent quatre motoneigistes enlisés dans les Chic-Chocs

Des militaires des Forces armées canadiennes et des policiers formés en secourisme de la Sûreté du Québec (SQ) ont secouru quatre Américains dont les motoneiges s'étaient enlisées, dimanche soir, dans la réserve faunique des Chic-Chocs. Il a fallu près de 24 heures avant de réussir à atteindre les quatre hommes qui, heureusement, étaient expérimentés dans les expéditions en montagne.

Les services d'urgence ont reçu un appel à l'aide vers 21h samedi. «On a toujours été en communication avec ces gens-là, raconte l'agent d'information de la SQ, Marc Tessier. Ils se sont fait un feu. Il y a eu des recherches. Au départ, les policiers ont tenté d'aller les voir en motoneige, mais c'était difficile d'accès. Il n'ont pas été en mesure de se rendre.»

Ce n'est qu'en fin d'après-midi dimanche que cinq agents formés en recherche et sauvetage se sont dirigés dans leur direction en raquettes sur plus de 2 km. «On avait également fait appel à l'hélicoptère de la Sûreté du Québec et des Forces armées», indique le sergent Tessier. Mais, en raison des mauvaises conditions climatiques, ce n'est que sur la fin de l'après-midi dimanche que l'hélicoptère de l'armée a pu décoller. Puis vers 20h30, les policiers et les militaires ont réussi à localiser les quatre malheureux, âgés de 21 à 35 ans. «Lorsqu'ils sont arrivés là-bas, ils sont restés avec les gens jusqu'à temps que l'hélicoptère arrive pour les transporter», précise Marc Tessier. Bien qu'ils pouvaient communiquer avec les secours par radio, puisqu'il n'existe aucune communication cellulaire dans ce secteur, les quatre motoneigistes, qui ont craint de devoir passer une deuxième nuit en forêt sous un climat polaire, étaient contents de voir arriver l'hélicoptère avec des militaires à son bord.

Les motoneigistes ont été héliportés vers l'aéroport de Sainte-Anne-des-Monts, où des ambulanciers les attendaient. «Ces gens-là ont été conduits au centre hospitalier par mesure préventive, rapporte le porte-parole de la SQ. Mais somme toute, ils se portent bien. Ils n'avaient aucune blessure apparente. Ils ont eu froid, mais ça s'est bien déroulé, malgré les circonstances.» Épuisés de leur longue randonnée en raquettes dans des conditions extrêmes, les policiers qui leur ont porté assistance ont aussi, par la suite, été transportés en hélicoptère.