Le ministre Martin Coiteux a indiqué qu’un cinquième des 2 millions $ confisqués au Québec par la police sera versé à des organismes de la capitale.

L’argent du crime contre... la criminalité

Depuis 18 ans, les biens et l’argent confisqués par la police à des groupes criminalisés retournent dans la communauté à des fins de prévention. Cette année, une cinquantaine d’organismes communautaires de la province se partagent 2 millions $ afin de poursuivre cette mission auprès des jeunes.

En conférence de presse, jeudi, à l’école secondaire de La Cité, dans Limoilou, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a indiqué que 20 % de cette somme sera versée à des organismes de la capitale. Parmi eux, Motivaction Jeunesse qui compte profiter de cette rentrée d’argent pour bonifier son projet Transitions, dont l’objectif est de prévenir la criminalité juvénile et la toxicomanie, ainsi que de promouvoir de saines habitudes de vie auprès des jeunes de 12 à 17 ans, dans les quartiers Vanier et Limoilou.

Fort d’une somme supplémentaire de 39 000 $, le président et fondateur de Motivaction Jeunesse, Luc Richer, a fait savoir que cette enveloppe servira à l’embauche d’un intervenant de milieu. L’organisme rejoint quelque 2000 jeunes annuellement dans une dizaine d’écoles de Québec.

Administré par le ministère de la Sécurité publique, le Programme de financement issu du partage des produits de la criminalité existe depuis 18 ans. Avant 2016, a indiqué le ministre, les organismes communautaires se partageaient annuellement 1,25 million $, mais depuis, ce budget a été augmenté de 750 000 $ annuellement. Cette hausse a permis le financement de 22 projets supplémentaires.