Laurent Ruquier

L'animateur français Laurent Ruquier prend la défense de Gilbert Rozon

Dans un entretien publié dans l'hebdomadaire Le Point jeudi, l'animateur français Laurent Ruquier s'est porté à la défense de «son ami» Gilbert Rozon, accusé d'agressions sexuelles par une dizaine de femmes, soulevant de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Ayant déjà pris la parole en ce sens dans une entrevue accordé à TV Mag, le présentateur d'On n'est pas couché est revenu à la charge jeudi, lorsqu'interrogé sur le sujet.

«Je trouve ça dingue la vitesse à laquelle on l'a rayé. D'abord, un ami est un ami. Mais ensuite, Gilbert n'a tué personne, et à ma connaissance — j'attends que la justice dise le contraire — violé personne», a-t-il estimé d'entrée de jeu.

Ruquier admet toutefois que le producteur de ses spectacles en solo n'est pas un ange et qu'il peut avoir eu des comportements discutables envers les femmes.

«Qu'il ait été un dragueur lourd, oui, mais de là à le lâcher du jour au lendemain et de l'enfoncer publiquement, j'ai trouvé ça choquant.»

L'animateur laisse en outre entendre que les victimes de Rozon ont dénoncé parce qu'il est facile d'aller «dans le sens du vent».

«C'est de l'ingratitude venant de personnes qui lui devaient beaucoup. […] Ce qui est courageux, c'est de dénoncer quelqu'un quand personne ne le fait.»

Laurent Ruquier se dit néanmoins en faveur du mouvement #Metoo, même s'il juge qu'il puisse mener à des dérapages.

«On ne peut pas être contre parce qu'on voit bien que ça fait évoluer les mentalités, mais il y a des excès. Ce mouvement-là a été une prolongation excessive des progrès qu'on devait faire dans l'égalité hommes-femmes et sur les questions de harcèlement. Mais dénoncer certains hommes sans preuve, ou par un simple tweet, c'est aller trop loin.»