L'activité physique, un bouclier pour les ados intimidés

L'activité physique combat les idées suicidaires et réduit le nombre de tentatives de suicide chez les adolescents victimes d'intimidation, démontre une nouvelle étude américaine.
Des chercheurs dirigés par le docteur Jeremy Sibold, de l'Université du Vermont, ont étudié la relation entre l'activité physique, les idées suicidaires et les tentatives de suicide chez plus de 13 500 adolescents âgés de 14 ans et plus.
Environ le tiers des étudiants ont révélé s'être sentis tristes pendant au moins deux semaines au cours de l'année précédente; 22,2 pour cent d'entre eux ont eu des idées suicidaires et 8,2 pour cent ont affirmé avoir fait une tentative de suicide pendant cette période.
Les adolescents victimes d'intimidation étaient trois fois plus susceptibles que les autres d'avoir eu des idées suicidaires ou d'avoir tenté de s'enlever la vie.
En revanche, les jeunes intimidés qui étaient actifs physiquement quatre jours ou plus chaque semaine réduisaient de 23 pour cent leurs idées suicidaires et leurs tentatives de suicide.
Les auteurs souhaitent que de nouvelles études soient réalisées pour mieux comprendre le mécanisme en jeu.
Environ 20 pour cent des étudiants américains rapportent être victimes d'intimidation.
Les conclusions de cette étude sont publiées dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry.