L'autoroute Robert-Bourassa

Labeaume veut libérer des voies pour les automobilistes, pas en enlever

Le maire de Québec assure qu'il n'a pas l'intention de retirer des voies de circulation aux automobilistes pour les consacrer au covoiturage et au transport en commun.
Régis Labeaume parle plutôt d'ajouter des voies réservées «pour libérer des voies pour les automobilistes». «Ce que l'on fait sur [l'autoroute] Robert-Bourassa, on veut le répéter ailleurs, mais pas utiliser les voies existantes, mais en ajoutant des voies. C'est vraiment ça, le projet. On travaille là-dessus avec le MTQ [ministère des Transports du Québec]», a-t-il indiqué, mardi. 
Dans un discours prononcé lors du conseil municipal de lundi, le maire a évoqué des projets-pilotes pour le boulevard Henri-Bourassa et l'autoroute Laurentienne. 
Il y a déjà des voies réservées pour les autobus sur Henri-Bourassa, entre l'intersection avec la 1re Avenue et le boulevard Jean-Talon. Comme le boulevard fait partie du réseau municipal, la Ville de Québec peut décider unilatéralement de l'affectation des voies. 
Sur Laurentienne, une artère provinciale qui compte deux ou trois voies selon les tronçons, la Ville propose d'utiliser l'accotement. Mais il faut pour cela l'accord du MTQ. Mardi, son porte-parole, Guillaume Paradis, a confirmé que le projet-pilote soumis par la Ville était à l'étude et que «différents scénarios» étaient considérés. Le fonctionnaire n'a pas avancé d'échéance. «Le Ministère fera connaître ses conclusions en temps et lieu», a-t-il mentionné.  
M. Labeaume n'a pas l'intention de s'arrêter là : «On essaie de voir partout à Québec où on peut le faire. Il y a des voies municipales, mais il y a aussi surtout des grandes artères gérées par le MTQ.» 
Avec Gilbert Leduc