Le directeur général de l'organisme Alliance Arc-en-ciel, Olivier Poulin, et le maire de Québec, Régis Labeaume

Labeaume songe au boycottage des organisations homophobes

Coprésident d'honneur des fêtes de la fierté gaie 2014, le maire Régis Labeaume n'a pas mâché ses mots jeudi en disant envisager le boycottage pur et simple des médias ou d'entreprises qui tolèrent des propos «homophobes ou haineux».
«Comme société, il faut aller beaucoup plus loin. Quand je vois les jeunes gais qui se suicident, c'est intolérable», a lancé le maire de Québec en conférence de presse pour la Fête arc-en-ciel qui se déroulera du 28 au 31 août.
Sans nommer directement de médias ou d'entreprises qui y achètent de la publicité, M. Labeaume a évoqué le boycottage de «toute organisation commerciale, qui de près ou de loin s'allie, endosse ou participe à propager tout propos haineux». «Ça inclut toutes plateformes médiatiques», a-t-il ajouté en parlant de «journaux, de radios, de télévisions et de blogues».
«Je suis en train de réfléchir à ça avec mes amis. Je pense qu'ensemble, bientôt, on est à la veille de le faire et de passer le mot. La meilleure façon de le faire est de boycotter tout ça et de ne pas acheter de ces entreprises. Peut-être qu'il y a des gens qui changeraient leurs propos.»
Régis Labeaume dit envisager un tel geste, car il craint la «banalisation» de propos homophobes. «Quand on banalise la haine, ça fait que des jeunes pensent que c'est normal d'avoir des écrits haineux, notamment par les réseaux sociaux.»
Nouvelle image
Le maire de Québec a tenu ces propos jeudi matin en marge de l'annonce d'une partie de la programmation de la Fête arc-en-ciel.
Pour souligner ses 10 ans, l'organisme à l'origine de cette fin de semaine de fierté gaie a d'ailleurs décidé de changer de nom. Ainsi, GLBT Québec/Lutte à l'homophobie n'est plus et devient Alliance Arc-en-ciel.
Une appellation plus «positive» et plus simple que l'ancien nom, selon son directeur général, Olivier Poulin. «On a décidé de mettre fin à l'acronymite», a-t-il illustré à propos de GLBT (pour désigner les personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles et transgenres). Régis Labeaume a pour sa part fait rire les gens présents à la conférence de presse en admettant que GLBT lui a toujours fait penser «à un sandwich BLT» pour bacon, laitue, tomate.
Le nouveau logo de l'Alliance Arc-en-ciel, composé d'un cercle aux couleurs du drapeau gai, se veut aussi une allusion à une bague de mariage, un droit obtenu par les couples de même sexe il y a 10 ans.
Les premiers hommes gais mariés au Canada, Michael Hendicks et René LeBoeuf, seront d'ailleurs à Québec à l'occasion de la Fête arc-en-ciel. Les conjoints unis depuis 2004 prononceront une conférence le 29 août au Palais Montcalm. Une autre conférence sur le thème de l'homoparentalité et les Manifs pour tous en France sera présentée par Martine Gross, ingénieure de recherche au CNRS en sciences sociales de Paris.
Ces conférences sont en partie ce qui distingue la Fête arc-en-ciel, estime Olivier Poulin. «On mise sur la fête, mais ce n'est pas un festival comme les autres, car il y a une mission sociale derrière.»
Alliance Arc-en-ciel a aussi un nouveau site Web, le arcencielquebec.ca, dans lequel on peut consulter la programmation des festivités composée de spectacles, des concours de chant ainsi que du retour du brunch familial à la place D'Youville.
***
La fierté franco à l'avant-plan
La Fête arc-en-ciel veut miser davantage sur son caractère francophone. Déjà, l'activité Grande danse Décibels Franco est au programme le 29 août à la place D'Youville. Le répertoire francophone est assez garni pour animer des heures de danse, assure le directeur général de l'Alliance Arc-en-ciel, Olivier Poulin. «Et non ce ne sera pas Mylène Farmer ou Papaoutai pendant trois heures!» a-t-il blagué à propos de la chanteuse française, véritable icône gaie, et du mégasuccès de Stromae. Au-delà du party dans la langue de Molière, M. Poulin estime que Québec doit mettre de l'avant la francophonie pour attirer les touristes gais dans les prochaines années. «On a l'intention de développer beaucoup le côté Québec comme destination francophone, romantique, gastronomique et épicurienne. Québec, c'est l'Europe sans le décalage horaire», a-t-il illustré. Un virage que les organisateurs de la fête promettent de consolider en 2015 en s'associant de nouveau à Bordeaux fête le vin qui se tiendra la même fin de semaine que la Fête arc-en-ciel.