Le maire de Québec Régis Labeaume

Labeaume ravi que les actions politiques dérangent le CN

«Il commence à comprendre.» La réaction du pdg du CN aux sorties publiques des ministres sur le pont de Québec ravit Régis Labeaume, qui constate que les actions des politiciens commencent à déranger l'entreprise ferroviaire.
Les ministres Robert Poëti et Sam Hamad ont écrit au CN dans la foulée de l'adoption de la motion unanime à l'Assemblée nationale, lui demandant de repeindre le pont de Québec.
Les deux ministres se sont aussi prononcés sur la place publique demandant à l'entreprise de prendre ses responsabilités. Les maires de Québec et Lévis se sont aussi engagés dans une croisade en ce sens. Hier, le pdg du CN a écrit une lettre à MM. Hamad et Poëti, leur demandant de changer leur approche de communication pour ne pas nuire à la réputation du CN. «Il a tout compris», a répliqué Régis Labeaume de la Californie. «C'est justement. C'est parce que ça l'inquiète la façon dont on communique tous. Quand on dit qu'il va y avoir des conséquences pour le CN et pour ses actionnaires, il commence à le comprendre. Je pense que ce n'est pas la direction du CN qui va nous dicter notre façon de communiquer.»
Le maire estime que la tactique est plutôt «culottée», et affirme que les ministres du gouvernement du Québec font bien de garder la pression sur l'entreprise ferroviaire.
Pour sa part, il a déjà dit qu'il n'a pas l'intention de se taire. «On va continuer à s'énerver.»