Régis Labeaume
Régis Labeaume

Labeaume anticipe et refuse une facture «énorme» pour le troisième lien

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil
Le maire sortant de Québec, Régis Labeaume, anticipe une facture «énorme» pour les villes de Québec et de Lévis si le gouvernement provincial construit un troisième lien routier entre les deux. Et refuse d’ores et déjà de la payer.

«Il ne faut pas être naïf. Premièrement, il va y avoir un impact sur la circulation à Québec. C’est certain, il n’y a aucun doute. Et aussi, il ne faut pas être naïf, ça fait 10 ans que je négocie avec les gouvernements : ils vont tenter de nous refiler une partie de la facture. Parce que ce soit à l’est ou à l’ouest, ça va faire des gros changements en infrastructures à Québec et à l’intérieur de la ville», a-t-il déclaré vendredi lors d’un point de presse portant sur la mobilité.

Cette facture, qu’il ne peut chiffrer, l’élu municipal la relie à «tous les aménagements quand ils arrivent à Québec». «Ça va être énorme», selon lui.

M. Labeaume a répété qu’il était d’accord avec le «principe» du troisième lien, mais il a déjà passé un message au nouveau ministre responsable de la Capitale-Nationale Sébastien Proulx et à la ministre déléguée aux Transports Véronyque Tremblay : pas question de choisir entre un pont ou un tunnel et un système de transport en commun structurant.

«La thèse du choix entre le transport collectif et le troisième lien, c’est non», a-t-il martelé, donnant l’exemple de Montréal qui aura un nouveau pont, planifie un train léger et veut prolonger son métro. «Il n’y a personne qui a demandé à Montréal de choisir et on ne choisira pas à Québec.»

Dans un cas comme dans l’autre, le maire sortant croit que les gouvernements supérieurs doivent assumer 100 % des coûts, comme c’est d’ailleurs le cas dans la métropole.