Selon le sommaire décisionnel de la Ville de Québec, le nouvel immeuble de Lauberivière comptera sept étages avec stationnement souterrain et comprendra 131 chambres individuelles et 18 logements de transition.

La Ville versera 1,3 M$ pour la nouvelle Maison de Lauberivière

Le conseil de la Ville de Québec a approuvé le versement d’une subvention de 1,3 million $ pour la construction du bâtiment principal de la nouvelle Maison de Lauberivière, sur la rue du Pont, un projet de plus de 28 millions $ dont les travaux commenceront cette année pour être exécutés au plus tard en décembre 2020.

L’argent proviendra de la politique d’aide aux interventions immobilières prioritaires pour la mise en valeur des biens culturels et de l’entente de développement culturel et d’aide à la restauration des biens patrimoniaux. Le coût du projet est évalué à 28 333 037 $, dont 2 716 278 $ représentent la mise de fonds et le financement de Lauberivière et 24 316 759 $ le financement à venir du programme AccèsLogis Québec.

Selon le sommaire décisionnel de la Ville de Québec, l’immeuble neuf comptera sept étages avec stationnement souterrain et comprendra 131 chambres individuelles et 18 logements de transition. Actuellement, Lauberivière compte 75 lits, ce qui en fait le plus important refuge pour itinérants à Québec. Les pensionnaires sont cependant logés de deux à cinq par chambre, ce qui crée de l’inconfort et complique la gestion. Il aurait également fallu débourser 25 millions $ pour rénover et mettre aux normes le bâtiment de la rue Saint-Paul, face à la gare du Palais, que l’organisme occupe depuis 1983. 

Le bâtiment actuel de Lauberivière a d’ailleurs été mis en vente en décembre et il pourrait être démoli ou subir un curetage complet si aucun acheteur n’est trouvé. Les façades donnant sur les rues Saint-Paul et Vallières de même que la tourelle au toit de cuivre devront cependant être conservées parce que l’immeuble est situé dans l’arrondissement historique. 

Synergie

Lauberivière vient en aide à plus de 5000 personnes par année et ses nouveaux locaux permettront de loger plus de pensionnaires et d’offrir davantage de services, de confort et d’accessibilité en plus de réduire les frais d’exploitation. Ils permettront également d’habiter un espace du centre-ville depuis longtemps vacant et créeront une synergie intéressante avec le futur YMCA, qui sera situé juste en face, sur le site de l’ancien cinéma Charest.