Selon la Ville de Québec, le 399, Saint-Joseph Est «est un immeuble qui a besoin d’importantes rénovations». Quelque 250 fonctionnaires et conseillers municipaux seront relocalisés.

La Ville de Québec vide le 399, Saint-Joseph Est

La Ville de Québec désertera son édifice du 399, rue Saint-Joseph Est où logent l’arrondissement La Cité-Limoilou et l’Office du tourisme. D’ici l’année prochaine, l’ensemble des quelque 250 fonctionnaires et conseillers municipaux auront été relocalisés, surtout au YMCA Saint-Roch en construction dans la rue du Pont.

Allez-vous complètement vider le 399, Saint-Joseph? a demandé Le Soleil au porte-parole municipal David O’Brien. «À terme oui.»

Pourquoi? «C’est un immeuble qui a besoin d’importantes rénovations», plaide-t-il. «Il y a des mises aux normes importantes qui doivent être faites.»

Et, pas très loin, il y a le futur centre communautaire de Saint-Roch de 20 millions $. Lors de l’annonce des travaux, en juin 2017, le maire de Québec avait préfiguré que deux étages du bâtiment tout neuf seraient occupés par des fonctionnaires municipaux. Régis Labeaume avait l’intention de rapatrier au centre-ville des exilés : «On finit un gros bail quelque part et on a décidé de s’installer dans Saint-Roch. C’est une bonne nouvelle. Ça va faire 180 consommateurs de plus dans le quartier», avait-il déclaré.

Les plans ont changé, semble-t-il. Finalement, les occupants des deux niveaux occupés par la Ville arriveront de quelques coins de rue plus loin. Combien de fonctionnaires vont quitter le 399, Saint-Joseph Est? «Le Service de l’évaluation [environ 110 personnes] et le bureau d’arrondissement incluant les conseillers municipaux de l’arrondissement [environ 80 personnes] iront aux étages supérieurs du YMCA», nous écrit David O’Brien.

Il n’y aura toutefois pas assez de place rue du Pont pour accueillir tous les voisins de la bibliothèque Gabrielle-Roy. «L’Office du tourisme de Québec [environ 60 personnes] est l’autre occupant du 399, Saint-Joseph, des analyses sont en cours concernant sa relocalisation dans un autre édifice.»

D’autres dépenses

La Ville de Québec pourra débuter l’arrangement de ses nouveaux bureaux pour Noël. «Le YMCA prendra possession de ses locaux cet automne afin de débuter une période de rodage avant le lancement de leurs activités», conte David O’Brien. «Les étages supérieurs qui seront occupés par la Ville seront livrés sans aménagement [murs extérieurs et dalle de béton seulement] en décembre 2019.»

La mairie devra donc investir gros avant d’emménager? «Effectivement.»

«La Ville est présentement à l’étape des plans et devis pour l’aménagement de ses bureaux pour une occupation à la fin de l’année 2020 […]. Le coût de l’aménagement des nouveaux locaux est en analyse présentement.»

«Rappelons que la Ville étant propriétaire du nouvel édifice, il n’y aura pas de bail ou frais de location», souligne David O’Brien.

Initialement prévue pour le printemps 2019, l’ouverture du YMCA a été progressivement reportée au printemps 2020. Le site Web de l’organisation détaille : «Le YMCA Saint-Roch hébergera un gymnase double, une piscine intérieure de 25 mètres et de cinq corridors, une salle d’entraînement, quatre salles de cours dirigés, une école de langues, une cuisine collective, une zone jeunesse et aînés, un espace café, un service de halte-garderie et des espaces multifonctionnels.»

+

AVENIR INCERTAIN POUR L'ÉDIFICE

Le futur du 399, rue Saint-Joseph Est n’est pas scellé : «La Ville est à analyser divers scénarios quant à son avenir.»

«La mise aux normes complète de l’édifice est nécessaire», note le porte-parole municipal David O’Brien. «Ce dernier est vétuste.»

Le bâtiment historique porte notamment le nom d’un ancien maire de Québec. Joseph-Ernest Grégoire a piloté la cité du 1er mars 1934 au 1er mars 1938, relate le site Web de la capitale.

La fiche patrimoniale rappelle en outre que la Compagnie Quebec Railway Light Heat and Power a acquis le lot en 1910, au plaisir de voisins qui se plaignaient de la salubrité du marché de viande et poisson installé sur place depuis 1866.

«L’édifice, longtemps appelé “le Merger”, est doté d’une structure d’acier ancrée dans le roc et revêtue de matériaux incombustibles. Lors de son ouverture, les journaux signalent la qualité de l’immeuble. On note, entre autres, “la majestueuse entrée sur la rue Saint-Joseph qui semble vouloir attirer les foules et indique bien par son importance que tout Québec doit passer par là”. Comme quoi déjà en 1910, les observateurs avertis étaient conscients que le centre-ville de Québec se déplaçait vers Saint-Roch.»

Il est aujourd’hui évalué à 8160 000 $ par la Ville.