Les enfants pourraient ne plus profiter des jeux dans les parcs de la ville, comme en mars dernier.
Les enfants pourraient ne plus profiter des jeux dans les parcs de la ville, comme en mars dernier.

La Ville de Québec pourrait fermer arénas, piscines et jeux de parc

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La Ville de Québec analyse la possibilité de fermer ses arénas, ses piscines et ses jeux dans les parcs à la lumière des nouvelles règles sanitaires édictées lundi par le gouvernement Legault.

L’interdiction de pratiquer des sports organisés laisse planer des doutes sur la possibilité de garder ouvertes certaines installations même si la pratique libre de ces mêmes activités demeure possible.

«Si on garde ouvertes les piscines pour les bains libres, mais qu’on doit fermer les vestiaires, ça donne quoi, questionne le maire. Les gens ne se changeront pas dans leur voiture.»

Le même problème survient dans les arénas où il faudra vraisemblablement fermer les vestiaires. La pratique libre du patinage pourrait être possible, mais les restrictions sont telles qu’il est impossible de maintenir l’activité.

Les enfants pourraient ne jamais profiter des belles journées d’octobre avec la fermeture anticipée des jeux. Pour l’administration Labeaume, on estime qu’il serait impossible de les rendre accessibles tout en imposant un nombre maximum d’enfants qui peuvent les utiliser en même temps.

À la Ville, on attend de lire attentivement le décret avant d’annoncer la fermeture officielle de ces lieux. Une décision sera prise avec le jeudi 8 octobre, date d’entrée en vigueur des nouvelles mesures.