Des corridors sanitaires sont en fait une manière d’élargir les trottoirs en empiétant généralement sur des cases de stationnement. Ça permet un meilleur accès aux commerces où il y a souvent des files à l’extérieur tout en respectant la règle des deux mètres de distance.
Des corridors sanitaires sont en fait une manière d’élargir les trottoirs en empiétant généralement sur des cases de stationnement. Ça permet un meilleur accès aux commerces où il y a souvent des files à l’extérieur tout en respectant la règle des deux mètres de distance.

La Ville de Québec ouverte aux corridors sanitaires

La Ville de Québec se range finalement à l’argument de certaines associations de gens d’affaires qui réclament l’installation de corridors sanitaires pour respecter la règle de distanciation sur leur artère commerciale.

«Il reste à valider comment on va l’appliquer», confirme le directeur général de la SDC Montcalm, Jean-Pierre Bédard, au terme d’une rencontre tenue lundi avec des représentants de la Ville. Les SDC ont consulté leurs membres à ce sujet au cours des derniers jours. 

La semaine dernière, M. Bédard avait confié au Soleil que ce principe de circulation piétonnière implanté sur onze artères de la métropole intéressait des associations de gens d’affaires, dont certaines parmi les sept SDC de la Ville. Sa collègue de la SDC Faubourg, Marie-Noël Bellegarde-Turgeon, avait déclaré que la sécurité des usagers devait être assurée sur la rue comme dans les commerces en respectant la distance de deux mètres. La SDC 3e Avenue s’intéressait aussi à ce type de corridor.

«On va commencer par un projet-pilote la fin de semaine pour savoir comment ça se passe. Ensuite, on verra s’il faut l’étendre à la semaine», poursuit M. Bédard, qui craint des difficultés à maintenir la distance de deux mètres avec l’arrivée de la chaleur. 

Des corridors sanitaires sont en fait une manière d’élargir les trottoirs en empiétant généralement sur des cases de stationnement. Ça permet un meilleur accès aux commerces où il y a souvent des files à l’extérieur tout en respectant la règle des deux mètres de distance.

Régis Labeaume s’est dit «prêt à aller loin» pour transformer des artères commerciales en rues piétonnes pendant les périodes les plus achalandées. Il souhaite permettre aux bars et restaurants qui rouvriraient d’agrandir leur terrasse. Cependant, il n’a jamais été entiché par l’idée des corridors sanitaires.

Questionnée lundi à ce sujet, la Ville ne confirme pas ses intentions. 

«La Ville a effectivement rencontré les regroupements des gens d’affaires de 12 secteurs commerciaux. En collaboration avec eux, nous souhaitons évaluer les possibilités et trouver les solutions adaptées à la réalité de chaque secteur. Par exemple, advenant la réouverture des bars et des restaurants par le gouvernement, certaines artères commerciales pourraient être transformées en rues piétonnes et certaines terrasses pourraient être agrandies», a-t-on répondu au Soleil par écrit. Il semble pourtant qu’une annonce pourrait avoir lieu dès cette semaine.