Il y a déjà plusieurs projets d’animation urbaine gratuits, dont les spectacles circassiens Crépuscule.

La Ville à la recherche d'un nouvel événement pour animer le centre-ville

La Ville de Québec souhaite animer davantage le centre-ville dès le prochain été. Elle ajoute 500 000 $ pour la réalisation d’un projet qui s’ajouterait à ceux déjà au programme.

La Ville a publié cette semaine un avis d’appel d’intérêt en vue d’un spectacle estival d’animation urbaine gratuit. Le document consulté par Le Soleil mentionne que l’ajout d’un projet d’animation s’inscrit «dans la volonté de la Ville d’initier la production de grands événements culturels, notamment depuis le 400e anniversaire de 2008». 

Et il y en a déjà plusieurs : les Aurores boréales, les Passages insolites, le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant et les spectacles circassiens Crépuscule. Les trois premiers sont d’ailleurs de retour en 2018. Le quatrième devrait l’être aussi. La Ville est en attente d’une proposition de la troupe Flip FabriQue.

L’administration Labeaume a déjà fait part de son intention d’animer davantage le centre-ville dans un document de 2015 intitulé Vision du développement culturel 2025. Elle y explique vouloir «rehausser la valeur des espaces publics, donner accès à des créations artistiques contemporaines et contribuer à façonner le caractère identitaire de la Ville».

«Les critères du projet ne sont pas déterminés, et c’est volontaire, explique Rose-Marie Ayotte, du service des communications de la Ville. On ne veut pas diriger les propositions, mais plutôt laisser libre cours aux idées.»

Mme Ayotte précise que la Ville veut s’ouvrir à toutes les propositions. L’animation peut prendre diverses formes d’art. «Ce n’est pas nécessairement un événement tous les soirs, à telle heure et à tel endroit. Ça peut aussi être des œuvres statiques», dit-elle, sans vouloir influencer les projets à venir.

À ce propos, elle donne l’exemple du parcours d’art public Les Passages insolites qui est devenu une marque distinctive de Québec. «Ça a permis de montrer qu’il peut y avoir des œuvres d’art fantaisistes. Ça vient mettre de la couleur dans le Vieux-Québec.»

Pendant l’élection, le maire avait signifié son intention d’offrir aux visiteurs une «expérience touristique mémorable». Il avait notamment évoqué que le marquage au sol pourrait devenir une identification distinctive de la capitale comme celui vu à Verdun où les traditionnelles lignes jaunes sont terminées par un dessin en forme de «mine au plomb» ce qui leur confère une forme de crayon taillé. Régis Labeaume avait dit vouloir «des œuvres d’art, des trompe-l’œil», voire la création d’un festival d’art public.

Répondre aux objectifs

L’avis d’appel d’intérêt lancé par la Ville inclut le document Vision du développement culturel 2025 et le Plan stratégique destination 2017-2021 de l’Office du tourisme de Québec (OTQ). «On demande au promoteur d’en prendre connaissance et nous dire comment leur projet peut diversifier l’offre de Québec et répondre aux objectifs des documents.» L’OTQ vise une hausse de 12,7 % du nombre de touristes dans la région d’ici quatre ans.

Comme il s’agit d’un appel d’intérêt, la Ville se garde le droit de ne retenir aucune proposition, mais se donne l’objectif qu’au moins un projet soit retenu pour le mettre en branle dès l’été. 

Les entreprises et organismes intéressés doivent avoir leur siège social à Québec et employer au moins 75 % d’artistes locaux. Les propositions doivent être soumises au plus tard le 15 février. L’argent est pris dans le fonds des grands événements.