Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Patricia McKinnon, coordonnatrice pour le volet de la vaccination dans la Capitale-Nationale, à la Sécurité civile
Patricia McKinnon, coordonnatrice pour le volet de la vaccination dans la Capitale-Nationale, à la Sécurité civile

La vaccination débute mardi à Québec; 17 cas de COVID-19 au CHSLD Saint-Antoine

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La grande région de Québec enregistre une autre hausse de cas, avec 359 nouvelles infections sur tout le territoire. Deux nouveaux cas ont aussi été déclarés parmi les usagers du CHSLD Saint-Antoine, qui prévoit débuter la vaccination mardi.

Au total, huit usagers et neuf employés sont infectés au CHSLD Saint-Antoine. Les résidents ont tous été transférés et les employés retirés. 

Ces personnes ne pourront pas obtenir le vaccin pendant le projet-pilote, ils seront toutefois les premiers sur la liste lorsque les prochaines doses seront envoyées. Rappelons que ces cas ne doivent pas déranger le processus de vaccination. 

Le CIUSSS prévoit commencer la vaccination mardi, après la réception des vaccins, lundi dans la journée au plus tôt. Dimanche, les vaccins étaient encore localisés aux États-Unis, il sera plus facile de surveiller la position lorsque les boîtes seront en sol canadien.

Tous les usagers et membres du personnel de Saint-Antoine seront d’abord vaccinés. Par la suite, ce sera le tour des 3000 employés du CIUSSS ciblés. 

Chaque jour, les équipes pourront vacciner 525 employés. Pour l’instant, toutes les plages horaires des trois premiers jours ont trouvé preneurs; donc 1575 employés seront vaccinés en date de jeudi prochain. 

«Évidemment, il y a une minorité qui refuse, mais on a un très fort pourcentage d’employés qui acceptent la vaccination. La preuve, à l’intérieur des 24 dernières heures, on a [réservé] toutes les plages horaires au complet, on a même des gens en attente. On a l’ensemble de l’équipe médicale du CHSLD Saint-Antoine qui vont participer à la vaccination, c’est beaucoup plus favorable à la vaccination, les gens savent que c’est le seul moyen pour se sortir de la pandémie», indique Patricia McKinnon, coordonnatrice pour le volet de la vaccination dans la Capitale-Nationale, à la Sécurité civile.

Du côté des résidents, seulement deux familles ont choisi de refuser le vaccin, en lien avec différentes raisons de santé. Dimanche, seulement une quarantaine de famille devait être contactée. Le CHSLD Saint-Antoine accueille 229 résidents. 

«Plus de 85 % des usagers du centre et les familles ont consenti à la vaccination, c’est excellent. […] Ça va être un énorme roulement et c’est une grande gymnastique pour nos équipes», ajoute Mme McKinnon.

Simulations

Lors des simulations du week-end, les équipes ont envisagé tous les scénarios. Ils ont aussi exploré les différents problèmes que les équipes pourraient rencontrer au moment de vacciner, dont une mauvaise réaction au vaccin, des chutes de pression ou des questionnements supplémentaires de la part des personnes vaccinées. 

Les équipes de pharmacies vont d’abord procéder à la décongélation des doses, selon les spécifications du fabricant, et la dilution du vaccin. Pendant ce temps, les équipes d’évaluation vont s’assurer que les patients répondent à tous les critères pour obtenir le vaccin. Puis, les doses seront données au personnel infirmier qui procédera à la vaccination. 

Après l’injection, les employés du secteur de la santé seront emmenés dans une salle d’évaluation pour une quinzaine de minutes, avec supervision. Des médecins et des techniciens en pré hospitalier seront présents pour intervenir en cas de besoin. 

Rappelons que le CIUSSS ne connaît pas le nombre de doses exact qu’il recevra, il a toutefois fait la demande pour 3000 doses, en plus de 629 pour le CHSLD Saint-Antoine. L’objectif est de vacciner la totalité du personnel volontaire. Si ce n’est pas fait la première semaine, ce le sera dans celles à venir.

Rappelons qu’une deuxième dose de ce vaccin doit être injectée 21 à 28 jours suivant la première. 

Bilan pour la région

Chaudière-Appalaches note à elle seule 124 nouveaux cas. La région dépasse rarement le cap des 100 infections quotidiennes. La veille, elle enregistrait 86 nouveaux cas. 

Depuis le début de la pandémie, 6475 personnes ont contracté le virus.

Dans la Capitale-Nationale, on dépasse pour une troisième journée consécutive le cap des 200 cas, avec 235 nouvelles infections. 

Depuis le mois de mars, 14 207 personnes ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19.