Le F.-A.-Gauthier sera en cale sèche à Lévis à partir du 14 janvier, pour une période d’environ deux semaines.

La traverse maritime Matane-Baie-Comeau-Godbout doit reprendre mardi

Le service de traversier Matane–Baie-Comeau–Godbout reprendra mardi, selon les horaires habituels.

Le service a dû être interrompu le 17 décembre dernier, à la veille de la période des Fêtes, en raison d’une défaillance des propulseurs du traversier F.-A.-Gauthier.

La Société des traversiers du Québec (STQ) avait alors mis en place une liaison aérienne entre Matane et Baie-Comeau. Seule la clientèle piétonne pouvait toutefois l’utiliser, obligeant les automobilistes et camionneurs à faire un détour de plusieurs centaines de kilomètres.

CTMA Vacancier

Dès mardi, le service sera assuré par un bateau de la Coopérative de transport maritime et aérien, le CTMA Vacancier, et ce, jusqu’à la fin janvier.

Entre-temps, la STQ a indiqué que le F.-A.-Gauthier sera en cale sèche à Lévis à partir du 14 janvier, pour une période d’environ deux semaines. Des inspections visuelles et des analyses poussées y seront réalisées afin de déterminer avec exactitude la nature du problème.

Entre-temps, la STQ concentre ses efforts à trouver rapidement un navire de remplacement. Elle souligne que, parmi les autres bateaux de la flotte, aucun n’a le gabarit ni la certification requise pour naviguer dans cette zone maritime en période hivernale.

Des recherches ont été menées au Québec, au Canada et à l’international. La STQ dit être en discussion avec des partenaires potentiels.

«Il y a des scénarios très, très concrets sur la table, des discussions avec des partenaires au moment où on se parle. On n’est pas très loin du but à ce moment-ci», a déclaré en entrevue Alexandre Lavoie, porte-parole de la Société des traversiers du Québec.

M. Lavoie n’a pas voulu préciser si le F.-A.-Gauthier était retiré des eaux pour une courte ou une longue durée. «Trop tôt pour le dire pour le moment, on va attendre les résultats des analyses pour se prononcer», a-t-il indiqué.