Le F.-A.-Gauthier demeurera amarré au quai de Matane pendant plusieurs semaines.

La STQ ignore quand le F.-A.-Gauthier pourra reprendre la mer

MATANE — La Société des traversiers du Québec (STQ) ignore quand le NM F.-A.-Gauthier pourra reprendre la mer depuis qu’ un nouveau problème a été détecté lors de son voyage de samedi entre Lévis et Matane. Les experts du fabricant General Electric sont à pied d’oeuvre sur le navire depuis mercredi pour identifier la cause des problèmes aux moteurs électriques qui servent à la propulsion du navire. Mais déjà, ils savent qu’ils en ont pour plusieurs semaines de travaux.

Les spécialistes provenant de l’Europe devront démonter les moteurs, prononcer un diagnostic, réparer les moteurs en changeant toutes les pièces nécessaires, remonter les moteurs et réassembler les systèmes d’accouplement aux propulseurs. C’est ce qu’a expliqué, jeudi, le président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut, qui a reçu la presse dans le salon du sixième pont du navire de fabrication italienne, amarré au quai de Matane.

Le Saaremaa 1 continuera à assurer la liaison Matane-Baie-Comeau-Godbout. Mais un autre casse-tête se pointe à l’horizon pour la société d’État : le navire de relève acheté en Norvège ne sera plus disponible à compter du 6 janvier, puisque Transports Canada exige qu’il subisse des travaux obligatoires de mise aux normes canadiennes, notamment à son système de protection contre les incendies. 

Par conséquent, le CTMA Vacancier prendra le relais jusqu’au 20 janvier, après quoi il devra retourner pour assurer ses liaisons entre les Îles-de-la-Madeleine et l’Île-du-Prince-Édouard.

Or, une incertitude plane. Si jamais les réparations des moteurs du F.-A.-Gauthier s’éternisaient au-delà du 20 janvier, le patron de la STQ ne peut garantir, pour le moment, qu’il disposera d’un bateau pour effectuer les traversées. «Les réparations sur le Gauthier, j’espère qu’on parle de semaines, a fait savoir M. Lafaut. Sinon, j’espère que le Saaremaa puisse revenir le 20 janvier.»

Exaspération

Les dessertes aériennes entre les aéroports de Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles vont se poursuivre jusqu’au retour en service du F.-A.-Gauthier. La STQ bonifiera les horaires pour certaines journées afin de doubler les départs. Même si le pdg de la STQ se fait rassurant, il n’en demeure pas moins qu’il commence à démontrer une certaine exaspération. 

«Les deux jours d’essais en mer du Gauthier, après sa sortie de la Davie, avaient été très concluants, raconte-t-il. Mais, lorsque le problème est survenu pendant les 11 heures de navigation, le moral était à terre quand on est arrivés ici [à Matane]. Ce qui me fait toujours mal dormir, c’est que le F.-A.-Gauthier ne soit pas en service. Ça m’écoeure littéralement et mon équipe aussi!»

Stéphane Lafaut a promis de refaire le point en janvier sur l’état de situation de cette crise sans précédent à la traverse entre Matane et la Côte-Nord. D’ici là, il n’entend pas prendre de vacances, a-t-il laissé entendre, tant il se dit préoccupé par les insuccès liés au service entre les deux rives. 

Par ailleurs, il se réjouit que la vérificatrice générale du Québec et son équipe enquêtent afin de faire toute la lumière sur la saga du F.-A.-Gauthier qui, rappelons-le, a été fabriqué au chantier Fincantieri, près de Naples en Italie, au coût de 170 millions $.