Contrairement au cliché de la bête en cage grignotant des carottes, le lapin a besoin de quatre heures de liberté par jour et se nourrit de légumes frais et variés.

La SPCA dénonce l'achat d'animaux pour Pâques

Encore cette année, après la période de Pâques, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal devra héberger des centaines de lapins qui auront été abandonnés par leurs propriétaires.
De nombreuses personnes profitent de la période de Pâques pour acheter un lapin comme animal de compagnie pour leurs enfants, sans trop savoir comment s'en occuper. Ils les abandonnent ensuite dans des refuges, soit parce que leur décision était trop impulsive ou parce qu'ils étaient mal informés sur les soins que ces animaux nécessitent.
La SPCA de Montréal accueille à elle seule près de 300 lapins chaque année.
Pour aider à contrer ce problème et à sensibiliser le public, la SPCA de Montréal a organisé des ateliers gratuits ce week-end, pour permettre aux gens intéressés de découvrir le «monde» des lapins, leurs comportement unique et leurs besoins spécifiques.
La SPCA rappelle qu'adopter un animal de compagnie est une décision importante et représente un engagement à long terme, précisant qu'un lapin, comme n'importe quel autre animal, n'est pas un jouet.
La SPCA de Montréal dénonce l'achat de tout animal pour Pâques. Outre les lapins, les canetons et les poussins sont aussi populaires, mais ils ne sont pas des animaux domestiques. Ils sont très délicats, peuvent être facilement blessés et ne devraient pas être manipulés, surtout par des enfants.