La Société protectrice des animaux de Québec (SPA), Mouvement Chats Errants, Caréna, et Adoption Lapin Sans Abri, réclament à la Ville de Québec une modernisation de sa réglementation sur les animaux errants.

La SPA réclame des changements sur la règlementation sur les animaux errants

La Société protectrice des animaux de Québec (SPA), Mouvement Chats Errants, Caréna, et Adoption Lapin Sans Abri, réclament à la Ville de Québec une modernisation de sa réglementation sur les animaux errants.

Les quatre refuges croient qu’il existe des solutions simples aux problèmes de surpopulation féline. «Actuellement, on fait entrer des chatons d’un côté et de l’autre on euthanasie des centaines de chats adultes. Ça ne peut plus durer, il faut changer nos règlements pour agir en amont du problème. L’euthanasie de masse n’est pas une solution», plaide Félix Tremblay de la SPA de Québec.

Les refuges suggèrent, entre autres, que les animaleries s’approvisionnent dans les refuges et que tous les animaux placés en adoption sur le territoire de Québec soient obligatoirement stérilisés.

«La façon dont on gère la population animale à Québec est complètement archaïque. Ce n’est pas une fourrière municipale qu’on veut, c’est un abattoir à chats, pur et simple, parce qu’on refuse de régler le problème en amont. Ce temps est révolu», dénonce-t-il.

Les organismes réclament également le lancement du projet pilote de Capture-Stérilisation-Relâche-Maintien (CSRM) afin de traiter les colonies de chats et offrir une alternative aux chats trop craintifs pour l’adoption.

Les refuges estiment aussi que les problèmes de surpopulation et de négligence sont aussi présents pour la population de lapins, troisième animal le plus abandonné au Québec.