Résultat, cette dernière s’est vu suspendre son permis d’artisan brasseur durant cinq jours, peut-on lire dans une décision d’une dizaine de pages rendue le 14 novembre.

La Souche remise à l’ordre par la Régie des alcools

Cuves et enfûteuse sales, infestation de mouches domestiques, moisissure, outils culinaires crasseux… C’est le genre d’observations qu’ont noté des inspecteurs de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) à la populaire microbrasserie La Souche du secteur Limoilou, depuis la fin de 2016.

Résultat, cette dernière s’est vu suspendre son permis d’artisan brasseur durant cinq jours, peut-on lire dans une décision d’une dizaine de pages rendue le 14 novembre.

Le document montre que l’établissement a failli à de nombreuses reprises à se conformer aux exigences de la RACJ en matière d’aménagement et d’hygiène.

C’est finalement au terme d’une inspection qui a été réalisée en août dernier à La Souche que les autorités ont convenu que «la majorité des manquements a été corrigée».

Les planchers ont été refaits à l’époxy «pour que tout soit vraiment étanche, parce qu’il y avait quelques fuites». «On a refait toute l’isolation du système de glycol qui est le refroidisseur […] des cuves», a confié Louis-Vincent Leclerc, assistant-brasseur, lors du passage du Soleil sur place, samedi après-midi.

Pour la durée de la suspension du permis par la Régie, les cuves ont été scellées «pour dire qu’on ne les utilise pas pendant cette semaine-là de travaux, mais là ils sont enlevés». «On ne pouvait plus toucher à tout ce qui était à l’extérieur de la chambre froide», explique l’employé.

Série d’inspections

Des inspections datées du 15 décembre 2016, du 8 juin 2017, du 30 août 2017 et du 14 mars 2018 ont permis de découvrir des manquements au Code d’usages de l’Agence canadienne de l’alimentation.

Au fil des visites, les inspecteurs ont noté la saleté sur les cuves, sur l’enfûteuse, des murs qui «présentent des coulisses brunâtres et des taches incrustées», de la peinture du plafond au-dessus des cuves de brassages qui s’effrite.

Également, «le plancher de cette pièce est très poreux. Présence d’une épaisse couche de moisissure dans un des coins», peut-on lire. «Un robot culinaire servant à hacher des ingrédients pour aromatiser la bière est très sale (surface devenue opaque en raison d’une épaisse croûte de résidus collés)», ajoute-t-on.

Quant à l’«infestation de mouches domestiques» observée par la Régie, dont «plusieurs se promènent dans les aires de production au sous-sol», et l’apparence d’«un problème de rongeurs», les employés rencontrés, samedi, confirment qu’une entreprise spécialisée en gestion parasitaire a pris en charge la situation.

Le propriétaire n’a pas retourné les appels du Soleil. Son entreprise, qui compte aussi une succursale à Stoneham non visée par cette décision, emploie entre 26 et 49 personnes selon Revenu Québec.