La situation s’améliore dans la Baie-des-Chaleurs

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
La Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine rapportent 14 nouveaux cas de COVID-19, vendredi. C’est encore une fois la Baie-des-Chaleurs qui a le bilan le plus lourd, avec neuf cas. Cependant, plusieurs des éclosions de ce secteur pourraient être officiellement terminées la semaine prochaine si aucun cas ne s’y ajoute.

Parmi les 14 cas au bilan gaspésien, 9 se situent dans la Baie-des-Chaleurs, où le virus a durement frappé lors du début de la deuxième vague. Même si la MRC de Bonaventure reste la sous-région la plus touchée de la Gaspésie avec sept nouveaux cas, il s’agit d’un nombre encourageant qui semble démontrer un essoufflement de la propagation du virus dans le secteur. 84 des 221 cas actifs de la péninsule s’y trouvent. 

La MRC d’Avignon, où se retrouvent les trois seules municipalités gaspésiennes en zone rouge, rapporte de son côté deux nouveaux cas, pour un total de 67 cas actifs. La MRC de Rocher-Percé ajoute trois cas à son bilan tandis que la MRC de la Côte-de-Gaspé en recense deux. 

Une personne supplémentaire a été libérée de l’hôpital, portant le total des hospitalisations à 11 pour la région. 23 personnes sont décédées de la COVID-19 en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine depuis le début de la pandémie.

Éclosions bientôt officiellement terminées dans la Baie-des-Chaleurs

Selon l’adjointe à la PDG et aux relations avec les médias du CISSS de la Gaspésie, Clémence Beaulieu-Gendron, certaines éclosions survenues en début de deuxième vague dans la Baie-des-Chaleurs pourraient être officiellement déclarées terminées au cours de la prochaine semaine si aucun cas ne s’ajoute.

Les CHSLD de Maria et de New-Carlisle ainsi que l’hôpital de Maria pourraient donc se voir libérés des éclosions les touchant au cours des prochains jours. Une période de 14 jours sans nouveaux cas est nécessaire avant de pouvoir officiellement considérer une éclosion comme inactive. 

L’hôpital de Gaspé est le site avec une éclosion active qui préoccupe le plus la santé publique régionale, notamment puisque l’éclosion est plutôt récente et que certaines personnes pourraient développer des symptômes au cours des 14 prochains jours. Plus de 150 employés et usagers ont été testés par la santé publique dans les derniers jours.