Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En mars, une personne a perdu la vie dans la région de Québec après avoir consommé une dose une drogue.
En mars, une personne a perdu la vie dans la région de Québec après avoir consommé une dose une drogue.

La santé publique s’inquiète que de la cocaïne coupée au fentanyl circule à Québec

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La Santé publique de la Capitale-Nationale s’inquiète que de la cocaïne contenant du fentanyl circule dans la région de Québec à la suite d’une récente surdose mortelle.

En mars, une personne a perdu la vie dans la région de Québec après avoir consommé une dose de cette drogue. Les analyses de la substance et du sang de la victime ont confirmé plus tard qu’il s’agissait d’un mélange de cocaïne et de fentanyl — un dangereux opioïde de synthèse qui est de 20 à 40 fois plus puissant que l’héroïne. 

Dans la région Québec, il s’agit du premier cas de surdose mortelle à la cocaïne «coupée» au fentanyl. Mais comme d’autres régions de la province ont aussi reçu des signalements dans les derniers mois à propos de ce mélange, la Santé publique de la Capitale-Nationale est portée à croire que cette drogue circule ici aussi. 

La présence de fentanyl pose un danger accru pour les consommateurs de cocaïne. «Quand on a un mélange cocaïnefentanyl, c’est vraiment encore plus dangereux, parce que les usagers ne sont pas habitués de consommer des opioïdes», dit Dre Anne-Frédérique Lambert-Slythe, médecin-conseil à la Direction de la santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale.  

Les consommateurs de cocaïne, qui peuvent consommer du fentanyl à leur insu, ne doivent pas prendre pour acquis la «pureté» de la drogue, souligne Dre Lambert-Slythe. 

La mise en garde de la Santé publique à propos de la cocaïne contaminée au fentanyl survient à un moment où la drogue sur le marché illicite est de plus en plus «coupée» avec d’autres substances, constate la Santé publique.  

La mise en garde à propos de la cocaïne contaminée survient environ deux mois après la découverte d’un mélange d’héroïne et de fentanyl dans des poudres roses, mauves, bleues et brunes saisies à la fin février par le Service de police de la Ville de Québec. 

La semaine dernière, une personne est morte d’une surdose après avoir consommé de la poudre mauve, indique Dre Lambert-Slythe.

Dans la région de la Capitale-Nationale, les surdoses non mortelles ont augmenté significativement cette année. En 2021, il y en a eu en moyenne 37 par mois. En 2020, il y en avait en moyenne 12,5 par mois.

La hausse a commencé à être observée dès mai 2020. Selon la Santé publique, les organismes sont plus sensibilisés et signalent davantage de surdoses. En parallèle, la contamination de la drogue issue du marché illicite a augmenté.

Avec la pandémie et la fermeture des frontières, l’approvisionnement en drogues a aussi été perturbé. Les drogues sont devenues moins disponibles dans la rue et des utilisateurs se sont tournés vers d’autres types de drogues qui n’étaient pas leur drogue de choix, note Dre Lambert-Slythe. 


« Dans ce contexte-là, il y a une tolérance qui n’est pas là chez ces personnes-là et ça peut mener à des surdoses, que ce soit mortelle ou non mortelle. »
Dre Lambert-Slythe

Jeudi, la Santé publique a lancé un appel à la vigilance chez les organismes à propos de la cocaïne contaminée au fentanyl.

Elle rappelle aussi aux usagers d’éviter de consommer seuls, de ne pas consommer plusieurs substances en même temps et de diminuer la dose pour voir l’effet. Elle leur suggère également de se rendre à L’Interzone, le premier site permettant la consommation supervisée à Québec, qui a ouvert ses portes il y a trois semaines au  60, rue Saint-Vallier Est. 

La Santé publique encourage aussi les consommateurs d’opioïdes à se procurer de la naloxone, un médicament qui agit rapidement pour renverser temporairement les effets d’une surdose. Les trousses de naloxone sont disponibles gratuitement en pharmacie et chez des organismes. Des bandelettes de détection du fentanyl sont disponibles auprès de MIELS-Québec, de l’unité mobile de la Coopérative de solidarité SABSA et d’autres organismes.