La SAAQ veut ralentir les jeunes avec la réalité virtuelle

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) espère convaincre les jeunes de lever le pied grâce à la réalité virtuelle.
«La vitesse est encore une des principales causes de décès sur les routes [...] avec l'alcool, la fatigue et la distraction», fait valoir Mario Vaillancourt, porte-parole auprès des médias. «Il y a encore une certaine banalisation de la vitesse.»
Histoire de varier ses approches, la SAAQ choisit cette fois la technologie montante de la réalité virtuelle. Un kiosque comprenant deux sièges de voitures et deux paires de lunettes spéciales sera installé 9 festivals au cours de l'été. Pour participer à l'expérience, il faut mettre le casque qui nous permet de voir une vidéo à 360 degrés. Dans cet univers virtuel, vous pouvez regarder dans toutes les directions, observer le paysage, la route, l'intérieur de votre voiture qui file.
Les volontaires pourront donc prendre place et visionner cette vidéo immersive de 2 minutes. Celle-ci illustre la distance qu'il faut pour éviter un accident lorsque nous roulons à 10 km/h au-dessus de la limite permise. À la fin, la voiture tombe du 14e étage, avec vous à l'intérieur, pour reproduire un impact.
«On espère ça accrocheur. On veut créer un impact», note M. Vaillancourt. En suscitant l'émotion, la SAAQ pense que les conducteurs pressés prendront conscience du risque accru qu'ils courent en appuyant sur le champignon.
Selon les compilations transmises par la SAAQ, quelque 130 Québécois meurent chaque année parce qu'ils roulaient trop vite; 470 sont blessés gravement et 6800 sont blessés légèrement. 
Autres données d'intérêt : en ville, la probabilité de subir un accident doublerait à chaque tranche de 5 km/h au-delà de la limite permise. Hors des grands centres, «le risque d'être impliqué dans un accident est 2 fois plus grand à 10 km/h de plus que la limite de vitesse permise, il est presque de 6 fois plus élevé à 20 km/h de plus et presque 18 fois supérieur à 30 km/h de plus», dixit la SAAQ.
Au dire de Mario Vaillancourt, le bilan routier s'améliore au Québec, mais les macabres statistiques sur les décès causés par la vitesse stagnent. Contrairement à l'alcool, par exemple, il n'y a pas de «consensus social» quant au caractère répréhensible.
Intrigués? La caravane promotionnelle commence sa tournée au Grand Prix de Montréal jeudi. Elle passera ensuite à Québec durant le Festival d'été, puis aux Grandes Fêtes de Rimouski, au Festivent de Lévis, au Vélirium du Mont-Sainte-Anne... La conclusion se fera au festival western de Saint-Tite en septembre.
540 000 $
La campagne coûtera environ 540 000 $ à la société d'État. La conception de la vidéo a été confiée à la firme BLVD de Montréal. «C'est assez nouveau le 360», explique le réalisateur Patrick Boivin. Les défis techniques sont nombreux, notamment parce qu'il ne faut voir aucun membre de l'équipe de cinéma durant le tournage à 360 degrés. Ils doivent se cacher. Aussi, il a un important travail sur ordinateurs après pour intégrer les effets spéciaux.
Au fait, cette opération publicitaire nouveau genre n'est pas le seul élément de la campagne estival de la SAAQ en matière de sécurité routière. Aussi, du 9 au 15 juin, les corps de police du Québec et les contrôleurs routiers de la SAAQ mèneront une «opération nationale» de chasse aux infractions.