La rue du Petit-Champlain et l’escalier Casse-Cou en 1972
La rue du Petit-Champlain et l’escalier Casse-Cou en 1972

La rue du Petit-Champlain et l’escalier Casse-Cou en 1972

La rue du Petit-Champlain et l’escalier Casse-Cou, en 1972. La rue existait déjà en 1688, sous le nom de rue des Meulles. À l’époque, il semble qu’on avait construit des marches à l’endroit où se trouve aujourd’hui l’escalier.

À partir des années 1830, la rue devient l’une des plus pauvres de la ville. Beaucoup de familles irlandaises s’y entassent dans des logements insalubres. Durant les années 1960, le secteur apparaît si délabré que la Ville songe à tout raser pour faire… un stationnement. 

La rue sera sauvée par une poignée de gens visionnaires. En 2014, elle a été consacrée «la rue plus remarquable du Canada» par l’Institut canadien des urbanistes. Elle figure aussi parmi les 25 plus belles rues au monde, selon le magazine Architectural Digest. 

Un seul bémol, les enfants ont fait place aux touristes. Ces dernières années, plusieurs visiteurs d’Asie veulent y voir la porte de secours rouge du théâtre Petit Champlain, immortalisée dans une scène de la série culte sud-coréenne Goblin: The Lonely and Great God

La rue du Petit-Champlain et l’escalier Casse-Cou en 2020