La rue du Chalutier en 1969
La rue du Chalutier en 1969

La rue du Chalutier en 1969

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue du Chalutier, en 1969. À l’époque, les abords de la Saint-Charles sont fort peu prisés par la population. À part quelques commerces ici et là, le secteur n’a rien de très accueillant. De nombreux entrepôts se trouvent plus ou moins à l’abandon.

Les arbres sont aussi rares que les poux sur la tête d’un chauve. Et on ne parle même pas de l’odeur des égouts, lors des chaudes journées d’été. Mais la rivière Saint-Charles ne perd rien pour attendre. 

En 1969, on construit un barrage pour régulariser son débit. Puis, on entreprend le bétonnage systématique de ses berges, à l’image du canal Rideau, à Ottawa. 

Durant deux décennies, la malheureuse rivière va couler dans une sorte de cercueil de béton. Il faudra attendre les années 80 pour que le secteur reprenne des couleurs avec la construction de logements. 

La revitalisation des berges viendra ensuite compléter le tableau, à partir du milieu des années 90. Plus récemment, de nombreux citoyens de la rue du Chalutier se sont opposés au tracé du futur tramway, qu’ils jugeaient trop proche des habitations.

La rue du Chalutier en 2020