La psychosociologie au secours des fumeurs

«Ne pensez pas qu'on fait des miracles.» C'est la mise en garde que fait Réjeanne Hudon, directrice générale de l'organisme La Montée de Rivière-Ouelle, qui offre, au Québec, le seul service de traitement médical et psychosocial pour fumeurs en centre d'hébergement.
Une fois par année - ce sera le cas du 5 au 10 janvier -, un groupe de tout au plus de six fumeurs concentre son énergie pendant sept jours pour changer de comportement.
Un traitement pour la modeste somme de 360 $ (traitement, repas et hébergement compris!), alors qu'il en coûterait normalement dans les 1200 $.
«Nous faisons une évaluation avant d'inscrire une personne. Quelqu'un qui était intéressé au séjour m'a dit qu'elle ne voulait pas raconter sa vie. Ce service n'était pas pour elle parce qu'il faut aussi faire un bilan de vie pour comprendre cette dépendance. C'est un grand investissement en énergie. On ne fait pas ça souvent de réfléchir pourquoi nous faisons un geste comme fumer», explique Réjeanne Hudon.
Cette approche biopsychosociale génère un taux de réussite estimé à 30 %. «Quand tu dis à un fumeur que nous avons un taux de réussite de 30 %, il ne trouve pas ça bon. Il aimerait mieux entendre un taux de 70 %.»
Une équipe de professionnels composée d'un médecin, d'une infirmière et d'intervenants en toxicomanie assure les traitements, qui comprennent un bilan médical, des rencontres individuelles, des ateliers et des activités de groupe. Une vingtaine de personnes ont suivi ce traitement depuis 2009.
«Les meilleurs résultats sont constitués d'une aide pharmacologique et d'une aide psychosociale. Plusieurs clients ne croient plus à l'aide médicale seulement. Ces fumeurs ont pas mal essayé tout ce qu'il y avait de disponible. Quand c'est trop dur, les gens se remettent à fumer. Nous parlons aussi de comment aborder la vie sans fumer et la prévention de la rechute», mentionne Mme Hudon. L'organisme assume un suivi téléphonique une fois par mois auprès de ses clients pour connaître leur état.
Les fumeurs qui demandent de l'aide à La Montée sont âgés de plus de 50 ans et viennent des quatre coins du Québec. Ils sont pour la plupart des fumeurs chroniques, certains en sont au stade critique de l'emphysème.
Aucun abandon
Aucune personne n'a abandonné durant les sept jours du traitement. «Il n'y a pas de gens dans nos groupes qui fument quelques cigarettes par jour, mais plusieurs paquets avec de gros problèmes pulmonaires. Au début, nous traitons les symptômes de sevrage. Nous réalisons avec eux, entre autres, un génogramme, qui est le profil de leur famille et une carte humaine, une rétrospective de leur vie et quand ils ont commencé à fumer. Les gens qui viennent ici ont fait le constat qu'ils doivent arrêter de fumer, mais ont de la difficulté de passer à l'action. Ils se sentent impuissants.»
La Montée est un organisme communautaire qui aide et soutient depuis une vingtaine d'années les personnes vivant avec un problème de dépendance, que ce soit l'alcool, les drogues, les médicaments et le jeu.