Le tracé, qui longe la rive est de la rivière Sainte-Marguerite, a déjà été étudié par le Canadien National.

La minière Champion veut son chemin de fer jusqu'à Sept-Îles

La minière junior Champion Iron Mines se veut très sérieuse dans ses intentions d'exploiter sous peu une de ses propriétés au sud de Fermont, qui contiendrait 1,2 milliard de tonnes de minerai de fer. Toutefois, il lui manque encore deux composantes essentielles : le financement et le moyen de transport.
C'est pourquoi la compagnie étudie depuis trois ans la possibilité de construire elle-même un nouveau chemin de fer dont le tracé, qui longe la rive est de la rivière Sainte-Marguerite, a déjà été étudié par le Canadien National. La destination serait le port de Sept-Îles.
«On regarde pour un chemin de fer multiusagers, ouvert à tous, afin de réduire les coûts qu'on peut contrôler sur notre projet et aussi aider à développer l'industrie du fer dans ce secteur», a indiqué le vice-président senior chez Champion, Jeff Hussey, invité cette semaine par la Chambre de commerce de Manicouagan. Champion a bien tenté de passer par les rails déjà existants, ceux d'ArcelorMittal et de la Compagnie minière IOC, mais la chose n'était pas possible.
Actuellement, Champion tente d'intéresser d'autres minières à investir avec elle pour ce nouveau chemin de fer, évalué pour l'instant à 1,3 milliard $. Selon M. Hussey, il n'est pas impossible non plus que les gouvernements, par le biais des fonds d'infrastructures, soient partie prenante du projet.
Invité par la Chambre de commerce de Manicouagan, le dirigeant a déclaré qu'il regardera de près le tracé moussé par Innovation et développement Manicouagan, qui passe par Baie-Comeau. En entrevue, M. Hussey a néanmoins tempéré en déclarant qu'un chemin de fer passant par Baie-Comeau pour se rendre à Sept-Îles constitue un plus long trajet. «Et la distance est toujours un point saillant dans le coût d'un chemin de fer», a-t-il précisé.
Pour ce qui est de son projet de mine de 1,4 milliard $, Champion s'est associé avec l'australienne Mamba Minerals, qui a choisi cette entreprise comme partenaire stratégique dans la fosse du Labrador, dans laquelle Champion compte plusieurs propriétés. Si tout va bien, l'étude de faisabilité sera disponible d'ici la fin 2014. «Mais lever 1,3 milliard $ dans le marché actuel, ça reste tout un défi pour une compagnie junior», a lancé Jeff Hussey pour marquer l'ampleur de la tâche.
Projet profitable
M. Hussey estime que malgré la baisse du prix du fer, actuellement autour de 135 $ la tonne, le projet de Champion reste profitable, car on prévoit un prix de 111 $ pour être rentable. De plus, la compagnie pourra possiblement le vendre plus cher, car l'enrichissement du minerai sera relativement facile.
Le vice-président senior soutient donc qu'il ne faut pas voir la fermeture de la mine Wabush par Cliffs, pas très loin du gisement de Champion, comme annonciatrice d'un recul des marchés. «Là-bas, il s'agit d'une opération assez âgée, de vieilles infrastructures. Il y avait des problèmes», a-t-il souligné.