Un incendie de forêt fait actuellement rage dans l’arrière-pays gaspésien, près de Mont-Louis.
Un incendie de forêt fait actuellement rage dans l’arrière-pays gaspésien, près de Mont-Louis.

La Haute-Gaspésie emboucanée par un feu de forêt

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Un incendie de forêt fait actuellement rage dans l’arrière-pays gaspésien, près de Mont-Louis. Le feu ne menace pas les infrastructures municipales, mais la fumée qui s’en dégage a envahi le village de la Haute-Gaspésie et a formé «un smog jamais vu» pendant la fin de semaine.

L’incendie, qu’on estime à environ 20,5 hectares, a été provoqué par la foudre dans les montagnes de la réserve faunique des Chic-Chocs, à environ 12 kilomètres au sud de Mont-Louis. La Société de protection des forêts contre les feux (SOPFEU) considère que le brasier est «contenu» et qu’il «ne représente pas une menace», précise Isabelle Gariepy, agente de prévention et de communication pour l’organisme. 

La SOPFEU a dépêché trois hélicoptères ainsi que deux avions-citernes sur les lieux pour combattre le brasier qui fait rage dans un secteur particulièrement escarpé où les interventions au sol sont plus difficiles. Une quarantaine de pompiers forestiers sont aussi sur place, un nombre qui pourrait augmenter jusqu’à 60 au cours des prochains jours afin de donner «un coup de barre» pour maîtriser l’incendie. 

Portes et fenêtres fermées en Haute-Gaspésie

Si la propagation du feu est contrôlée, la fumée, de son côté, a semblé «coller au sol» pendant la fin de semaine en raison d’un phénomène atmosphérique appelé inversion thermique. «La météo faisait que l’incendie génère plus de fumée que normalement et le panache [de fumée] était particulièrement bas en raison de l’inversion thermique», explique la porte-parole de la SOPFEU. 

Ce bas niveau du plafond de fumée a poussé la municipalité de Mont-Louis à demander à ses habitants de fermer les fenêtres et les échangeurs d’air tout en restant le plus possible à l’intérieur. «Il y avait un smog comme on n’avait jamais vu à Mont-Louis», explique le maire de la municipalité, Guy Bernatchez, qui s’est rendu sur les lieux du brasier dans les derniers jours. La fumée était cependant beaucoup moins présente lundi matin, rapporte M. Bernatchez. «C’est pratiquement absent ce [lundi] matin, mais on demande aux gens de faire preuve de leur bon jugement», lance celui qui est aussi travailleur forestier.

Le maire de Mont-Louis s’est dit «particulièrement impressionné» par l’expertise et l’efficacité de l’équipe de la SOPFEU.