En mai, Le Soleil révélait que le terrain de 15 000 mètres carrés acquis en avril 2016 pour 2,6 millions $ à l’angle nord-ouest du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue des Rocailles était trop petit pour les besoins d’une nouvelle centrale de police.

La future centrale de police toujours sur la glace

La construction d’une nouvelle centrale de police ne figure toujours pas au plan triennal d’immobilisations. Malgré les nombreuses embûches, la Ville débute son projet de réorganisation du service avec la transformation de l’édifice F.X.-Drolet en poste de quartier, qui abritera aussi la cour municipale.

«On reprend tout à zéro. On est en train de tout refaire. Avec ce qui s’est passé, la prochaine fois qu’on va vous en parler, on va être sûr de notre coup», a lancé Régis Labeaume, au sujet de ce dossier qui empoisonne son administration depuis un an.

En mai, Le Soleil révélait que le terrain de 15 000 mètres carrés acquis en avril 2016 pour 2,6 millions $ à l’angle nord-ouest du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue des Rocailles était trop petit pour les besoins du service. 

Le stationnement de surface prévu ne peut accueillir que la moitié des 700 autopatrouilles, véhicules banalisés, ceux des employés et des visiteurs, attendus lors des périodes de pointe comme les changements de quart de travail. 

De 40 à 72 millions $

Cet autre raté s’ajoutait au fait que la facture de construction passait dans le budget 2017 de 40 à 72 millions $ depuis l’annonce du projet en mai 2016. Une hausse expliquée par le manque de communication entre les services de police et de la gestion des immeubles.

Cette histoire avait mené au départ de l’ex-bras droit du maire, Jonatan Julien. «Mon collègue l’a échappé», avait déclaré M. Labeaume. 

Le plan triennal déposé lundi indique un faible investissement de 980 000 $ pour la relocalisation de la centrale maintenant prévue dans le secteur de Charlesbourg. Le maire est demeuré discret sur les terrains qui font l’objet de discussions pour éviter la surenchère. Aucune somme ne figure pour les années 2020-2021. Il serait maintenant étonnant que l’inauguration se fasse en 2021 comme prévu initialement.

La réorganisation du service de police prévoit aussi la transformation d’un poste de quartier dans l’édifice F.-X.-Drolet, à l’intersection de la rue du Pont et du Prince-Édouard, qui sert actuellement à la division de la gestion des immeubles. On y trouverait aussi une unité carcérale et la cour municipale. La Ville prévoit 21 millions $ pour la réalisation des travaux au cours des deux prochaines années.

LIRE AUSSI : Taxes municipales: une hausse à l’inflation… pour plusieurs années

LIRE AUSSI : Investissements en hausse, dette en baisse à la Ville de Québec

LIRE AUSSI : «Je suis le maire de tout le monde», convient Labeaume