Le Manoir Charest, au coin du boulevard Charest et de la rue Dorchester, fera bientôt place à un immeuble de 36 appartements touristiques.

La fin pour le Manoir Charest; place à un immeuble d'appartements touristiques

Le défunt hôtel Manoir Charest disparaîtra sous peu. Dès que la Ville apposera le dernier sceau sur les plans, un immeuble de briques de six étages abritant 36 appartements touristiques poussera rapidement sur le grand lot du coin du boulevard Charest Est et de la rue Dorchester. Ouverture annoncée des Lofts Dorchester : 1er juillet.

«On devrait démolir, si tout va bien, jeudi», annonce le copropriétaire de Kudos immobilier (Les Lofts du Vieux-Québec), Patrick Thériault. Durant la première phase du chantier, 24 logements avec cuisine seront construits à l’intersection achalandée. Dès cette portion du bâti terminée, les ouvriers s’attaqueront à la seconde aile érigée sur le terrain situé à l’arrière, rue Notre-Dame-des-Anges. Là, 12 logis de plus seront loués. 

«C’est la première fois qu’on met un édifice à terre et qu’on repart dans le neuf», observe M. Thériault. L’entreprise avait plutôt l’habitude d’acheter des maisons du Vieux-Québec, du Vieux-Port et de Saint-Roch et d’en remodeler complètement l’intérieur pour ensuite les offrir aux touristes.

Airbnb

Voici encore un développeur qui promeut la location de courte durée de type Airbnb et privera le centre-ville de logements pour les Québécois, pourraient se plaindre les défenseurs des droits des locataires. Au contraire, réplique Patrick Thériault. Il assure respecter le zonage municipal : «On est réglementaire. On travaille vraiment un projet hôtelier.»

Notre interlocuteur profite même de la tribune pour lancer une nouvelle charge contre la compétition des «illégaux» de l’économie dite «collaborative». «Il y a un gros, gros, gros problème.» Selon lui, la capitale n’arrive pas à endiguer le phénomène Airbnb. De plus en plus de logements privés seraient détournés vers le marché touristique sans que les propriétaires détiennent les permis, sans qu’ils paient les taxes afférentes. «La Ville a beaucoup de misère à enrayer le problème.»

«Ça se multiplie», observe M. Thériault. «La Ville ne contrôle aucunement les illégaux. On est en train de changer le tissu social. […] Le logement collaboratif, ça n’existe pas. C’est du commerce hôtelier illégal.»

Patrick Thériault assure que ses associés et lui détiennent toutes les autorisations requises pour offrir une centaine d’appartements, dans 12 immeubles, aux visiteurs de la capitale. Ils payent aussi leur part à l’Office du tourisme, souligne-t-il.

Poursuivant l’expansion de Kudos immobilier selon le même modèle d’affaires, le constructeur ajoutera donc 36 appartements touristiques à son portefeuille lorsque les Lofts Dorchester seront dressés. Un bâtiment dont l’apparence a été pensée pour s’intégrer dans la Basse-Ville : «On ne voulait pas faire du “Vieux-Québec” dans le quartier Saint-Roch. Je tenais vraiment à ce qu’on aille chercher le vieux style de Saint-Roch.» Il évoque une «architecture manufacturière» avec de grandes fenêtres à carreaux.

L’ensemble immobilier du coin Charest Est accueillera également les bureaux de l’entreprise les Lofts du Vieux-Québec. Ainsi que la buanderie du groupe. L’investissement est évalué entre 6 et 7 millions $.

Information: loftsvieuxquebec.com