La fin de la route pour le chauffard aux souliers rouges

Rocky Fraser, chauffard multirécidiviste, croyait bien avoir échappé aux policiers. Ses souliers rouges l’ont toutefois trahis.

Le 29 juillet dernier, Fraser, 35 ans, a pris la voiture de sa soeur sans lui demander la permission. Le chauffard, ivre, a percuté un autre véhicule. 

Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, des témoins les ont informés que le chauffard avait pris la fuite à pied. Les témoins ont ajouté que le conducteur et son passager avait pris soin d’échanger leur chandail avant de se sauver, histoire de brouiller les pistes.

Rocky Fraser avait toutefois négligé de changer ses souliers rouges bien voyants. Grâce à eux, les policiers ont donc pu le reconnaître, tapi sous une voiture. Les agents ont vite constaté les symptômes d’ébriété du récidiviste.

Arrivé au poste de police, Fraser a catégoriquement refusé de souffler dans l’alcotest. 

Jeudi, il a plaidé coupable à ce refus, ainsi que d’avoir conduit durant une interdiction et de ne pas avoir fourni son identité après avoir été impliqué dans un accident.

Au moment de son arrestation, Rocky Fraser était en libération conditionnelle d’une peine de quatre ans et demi pour d’autres crimes commis au volant. Et il n’avait pas le droit de conduire pour 10 ans.

Les parties ont proposé à la Cour du Québec d’imposer une peine de trois ans et demi, consécutive à la première peine. 

Rocky Fraser s’est vu imposer une interdiction de conduire à perpétuité. Le chauffard a tenté d’attendrir la juge Réna Émond de la Cour du Québec, en invoquant que ses six enfants aimaient beaucoup faire des tours de VTT et de motoneige. 

La juge n’a pas bronché, rappelant qu’elle n’avait pas le pouvoir de modifier les sanctions administratives de la SAAQ.