La Fête du Canada, source de controverses insoupçonnées au fil des ans

Des controverses souvent insoupçonnées se cachent derrière les célébrations officielles de la Fête du Canada.

Matthew Hayday, professeur d'histoire à l'Université de Guelph, souligne que la fête du Canada - auparavant désignée comme la fête du Dominion - s'est souvent embourbée dans des questions névralgiques sur la scène nationale.

Cette année marque le 140e anniversaire du jour férié consacré à la naissance de la fédération canadienne, et les festivités ont considérablement évolué depuis leurs premières incarnations.

En fait, aucune célébration officielle n'a eu lieu durant les 12 premières années d'existence du Canada, souligne M. Hayday, notamment en raison de politiciens néo-écossais qui estimaient avoir été forcés à se joindre contre leur gré aux autres provinces. Le 1er juillet devait selon eux être traité comme «une journée de lamentation».

Le professeur spécialisé dans l'évolution de ces festivités raconte que la fête du Dominion a été officiellement reconnue et déclarée comme un jour férié en 1879, en dépit des objections d'une faction originaire de la Colombie-Britannique qui était contrariée par le fait que la construction d'un chemin de fer transcontinental ne soit toujours pas achevée.

Les premiers rassemblements visant à souligner la fête du Dominion étaient des initiatives citoyennes, car le gouvernement fédéral ne s'impliquait pas dans ces activités.

La situation n'a pas changé avant 1958, sous le premier ministre John Diefenbaker. Malgré ses investissements dans les réjouissances, ce dernier avait choisi d'ignorer les appels à abandonner le nom de «fête du Dominion» afin de mieux rendre compte de l'autonomie grandissante du Canada par rapport à la Couronne britannique.

Les premières célébrations financées par le gouvernement étaient relativement modestes, rapporte M. Hayday, et elles n'ont commencé à prendre de l'ampleur qu'au cours des années 1960.

Le gouvernement de Lester B. Pearson a par ailleurs commencé à y inclure davantage d'éléments bilingues, relève-t-il.

Mais la tendance s'est renversée dans les années 1970, et les événements organisés par Ottawa sont devenus de plus en plus sobres, jusqu'à être carrément annulés en 1976.

La même année, le vent a tourné sur la scène politique canadienne lorsque le mouvement indépendantiste québécois a porté René Lévesque au pouvoir, donnant un second souffle aux commémorations de la fête du Dominion.

«Un vent de panique traverse Ottawa quant à ce qui adviendra de l'unité nationale», explique M. Hayday.

«Ils ont décidé qu'ils devaient faire un énorme spectacle.»

Ce spectacle a été diffusé dans le cadre d'une émission de quatre heures dans pratiquement chaque station de radio et chaîne de télévision au pays, mettant dans l'embarras certains participants québécois, accusés d'avoir trahi la cause séparatiste.

Le jour férié du 1er juillet - officiellement désigné comme la fête du Canada en 1982 - n'a connu que de subtiles modifications au cours des dernières années.

Une plus grande sensibilité à l'égard de l'inclusion des traditions des Premières Nations constitue néanmoins un changement notable, relève M. Hayday, puisque les artistes autochtones peuvent dorénavant arborer les vêtements de leur choix et se produire dans diverses langues.