La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) accuse «quelqu’un» au gouvernement de couler «toutes sortes d’informations inadéquates» aux médias dans le seul but de «dénigrer ses membres» et de «semer la zizanie» entre eux.

La Fédération des médecins spécialistes accuse Québec de coulage d’information

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) accuse «quelqu’un» au gouvernement de couler «toutes sortes d’informations inadéquates» aux médias dans le seul but de «dénigrer ses membres» et de «semer la zizanie» entre eux.

Dans un message intitulé «Rumeur, vérité et mensonge» adressé à ses membres, et dont Le Soleil a obtenu copie, la présidente de la FMSQ affirme qu’elle se doit de faire une mise au point sur le volet financier de l’entente conclue vendredi en raison de «toutes les fausses informations qui circulent dans les médias». Sans le nommer, elle accuse «quelqu’un» (elle laisse ses membres «deviner qui») de ne pas vouloir que cette entente se concrétise et d’être à l’origine des fuites dans les médias. 

Selon La Presse, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, éprouverait de sérieuses réserves quant aux résultats des négociations, qui ont été menées par le Conseil du Trésor. Le ministre de la Santé en a été écarté alors que la FMSQ s’apprêtait à déposer une requête en Cour supérieure pour faire valoir son droit de négocier ses conditions de travail.

La présidente de la FMSQ ne confirme pas et n’infirme pas le montant qui sera versé aux médecins spécialistes. Elle indique seulement que le volet financier de l’entente concerne «le rattrapage du rattrapage du rattrapage, dont une partie seulement, celle qui était retenue par Gaétan Barrette, sera versée sous forme de chèque». 

Mardi, La Presse rapportait que Québec devait 480 millions $ aux spécialistes, une dépense non récurrente qu’il remboursera sur quatre années financières et qui était déjà inscrite dans le budget de Carlos Leitão, déposé il y a un an. 

Ces sommes, écrivait le quotidien, auraient dû être versées aux médecins en 2015-2016 et en 2016-2017, mais ne l’ont pas été parce que le ministre Barrette les avait retenues comme levier dans le cadre des négociations avec les spécialistes. «La facture a grimpé durant les dernières années, mais l’origine de cette dette vient de sommes non versées à la suite des ententes conclues avec le gouvernement Marois», précisait encore La Presse.

«Plus complexe»

Dans son message à ses membres, la présidente de la FMSQ affirme qu’il est faux de prétendre que chacun des 10 000 médecins spécialistes recevra un chèque de 50 000 $ ou de 12 000 $ d’ici le 31 mars, comme l’ont rapporté les médias. «C’est pas mal plus complexe que ça», écrit-elle.

Selon la Dre Francoeur, plusieurs nouvelles mesures entreront en vigueur. «Le paiement des chefs, les dossiers électroniques et les obligations de couverture de garde que nous assumons à même l’enveloppe, seront assurés avant les chèques», précise-t-elle simplement, tout en assurant que la FMSQ n’a «rien à cacher» et que ses membres seront informés des détails de l’entente quand elle sera signée par le ministre de la Santé.

La présidente de la FMSQ confirme par ailleurs qu’il n’y a «pas d’argent frais pour l’instant». «Pour ce qui est de l’avenir, notre objectif ayant toujours été la parité canadienne en respectant la «richesse» du Québec, nous allons participer à l’étude de parité pancanadienne qui devrait établir notre positionnement en matière de rémunération», ajoute-t-elle. La Dre Francoeur réfute l’affirmation voulant que la rémunération des médecins spécialistes québécois soit de 10 à 15 % au-dessus de la parité ontarienne. 

La présidente de la FMSQ conclut son message en mentionnant que les spécialistes n’auront «pas un gros chèque à offrir pour la Saint-Valentin, mais beaucoup plus». «Il y a de la lumière au bout du tunnel, vous allez retrouver votre dignité et la nécessaire collaboration dans votre milieu de travail», expose-t-elle, en référence, comprend-on, aux gains obtenus concernant les dispositions des lois 20 et 130. 

Il n’a pas été possible d’obtenir des précisions sur l’entente auprès de la FMSQ, mardi.