Le Dr Simon-Pierre Landry, co-porte-parole du Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée, avait réclamé le gel de la rémunération des médecins spécialistes et proposé de limiter à l’inflation l’augmentation pour les médecins omnipraticiens.
Le Dr Simon-Pierre Landry, co-porte-parole du Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée, avait réclamé le gel de la rémunération des médecins spécialistes et proposé de limiter à l’inflation l’augmentation pour les médecins omnipraticiens.

La Fédération des médecins omnipraticiens répond au Dr Simon-Pierre Landry

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) estime que la position défendue par le Regroupement des médecins omnipraticiens du Québec (ROME) et son co-porte-parole, le Dr Simon-Pierre Landry, ne reflète pas du tout le point de vue de la majorité des médecins de famille.

En conférence de presse, mardi, le Dr Landry a réclamé le gel de la rémunération des médecins spécialistes et proposé de limiter à l’inflation l’augmentation pour les médecins omnipraticiens. 

Lire aussi : Médecins spécialistes: geler la rémunération pour éviter une «crise sociale»

Selon lui, «une majorité de médecins sont mal à l’aise». «Nous croyons que la majorité des médecins souhaitent plutôt que l’argent soit investi dans l’embauche de personnel […] pour nous aider à faire notre travail et améliorer nos conditions de pratique», a soutenu le co-porte-parole du ROME.

Le Dr Landy a invité la FMOQ et la Fédération des médecins spécialistes du Québec à soumettre à leurs membres, par vote électronique, cette question: «En ce qui a trait à la présente ronde de négociation salariale, souhaitez-vous que votre fédération négocie l’achat de services (embauche de personnel administratif, d’infirmiers et infirmières et de préposés), avec le solde actuel des montants à être versé aux spécialistes, et le solde supérieur à l’inflation dans le cas des omnipraticiens? Oui ou non.»

Si l’entente signée l’été dernier par le gouvernement et la FMOQ a été approuvée à 96 % lors d’un vote universel (taux de participation de 60 %), c’est parce que les médecins de famille ne voulaient plus entendre parler de rémunération et voulaient «passer à autre chose», a avancé le Dr Landry. Selon lui, «les médecins souhaitent prioritairement autre chose qu’une hausse de leur rémunération».

«Parlez en votre nom»

La FMOQ n’a pas tardé à réagir aux propos du Dr Simon-Pierre Landry. «Parlez en votre nom, ok, mais vous n’avez aucunement la légitimité de parler au nom de vos collègues et leur imputer des intentions», a-t-elle écrit au Dr Landry sur Twitter. 

En entrevue au Soleil, mercredi, le porte-parole de la FMOQ, Jean-Pierre Dion, en a remis. «Il y a eu un vote universel sur l’entente l’automne dernier. On a tenu 13 assemblées, envoyé des documents écrits et des vidéos, et le vote s’est tenu sur une semaine. On ne comprend pas sur quelle base il [le Dr Landry] remet en question le vote de ses collègues. Il sous-entend qu’ils ne comprenaient pas [ce sur quoi ils votaient]. C’est comme une insulte à leur intelligence», a dit M. Dion. 

Selon lui, la FMOQ représente «très bien» la majorité de ses membres. «Tous les indices vont dans ce sens. Côté démocratie, la FMOQ a pris tous les moyens pour représenter adéquatement ses membres», insiste Jean-Pierre Dion.

«Mais ils sont 9500, donc c’est normal qu’il y ait des opinions dissidentes. C’est correct et c’est sain. Il n’y a pas de pensée unique à la FMOQ», assure-t-il.