La deuxième vie de Linda Paradis

Il y a à peine deux ans, Linda Paradis avait une vie active, trois enfants, une belle carrière. Elle était sportive et en parfaite santé. Puis, est arrivée de nulle part une foudroyante fibrose pulmonaire d'origine inconnue. La vie bascule. Jusqu'à une double greffe des poumons.
«C'est un miracle d'avoir eu un tel cadeau de la vie», lance la femme de 58 ans en conférence de presse à l'hôtel de ville de Québec pour la 20e Semaine nationale du don d'organes et de tissus.
Linda Paradis a eu sa greffe en octobre. «Je suis encore très émue, il y a à peine six mois j'étais à quelques semaines de la mort», a raconté la femme en refoulant ses sanglots.
Aujourd'hui, Linda Paradis s'implique publiquement pour inviter les gens à signer la carte de don d'organes, les inciter à faire part de leur volonté à leurs proches. «Je le fais pour que d'autres personnes en attente aient le même cadeau», a-t-elle dit en conclusion de son émouvant témoignage accompagnée du maire de Québec Régis Labeaume et du directeur général de Transplant Québec, Louis Beaulieu. 
Au Québec, 850 personnes sont actuellement en attente d'une transplantation. C'est mieux qu'à une certaine époque. Mais pas encore assez. 
«Si on regarde il y a cinq ans, oui, la liste a baissé de 33%, donc c'est mieux», a dit Louis Beaulieu. Mais c'est encore trop long et il y a encore une quarantaine de décès par année.» 
Le Québec compte 21 donneurs par million d'habitants. M. Beaulieu souhaiterait voir la province atteindre un consentement au don d'organes comparable à la France, aux États-Unis ou à l'Espagne, par exemple, où le taux est de 42 donneurs par millions d'habitants.
Labeaume touché personnellement
L'association du maire de Québec à la cause du don d'organes ne date pas d'hier et tire ses racines d'une expérience personnelle. Régis Labeaume a en effet réitéré lundi son engagement en relatant le décès de sa mère, morte subitement d'un accident cérébro-vasculaire alors qu'elle se trouvait en Floride. 
Malgré la douleur et le choc de la mort, la famille a consenti au don d'organes et y a trouvé un certain réconfort, a-t-il dit. «C'est un don de vie qu'on fait à une ou des personnes», a dit M. Labeaume. Les yeux de sa mère ont notamment été prélevés. «Quelque part dans le monde, il y a quelqu'un qui a les yeux de ma mère.»
La Ville de Québec fait partie des 80 municipalités qui expriment leur solidarité avec la Semaine nationale du don d'organes et de tissus. Un drapeau aux couleurs de cette cause a été hissé dans les Jardins de l'Hôtel-de-Ville lundi.
Le don d'organes en chiffres
• 2800 donneurs d'organes depuis 20 ans
• 8000 personnes greffées depuis 20 ans
• 850 personnes en attente d'une greffe au Québec
• 3 millions de Québecois ont fait part de leur volonté de donner leurs organes
Source : Transplant Québec