Selon la Ville de Québec, la valeur patrimoniale de l’église Saint-François d’Assise, construite en 1926 et fermée depuis 2012, était jugée «bonne».

La démolition de l'église Saint-François d’Assise commencée

La démolition de l’église Saint-François d’Assise sur la 1re Avenue, voisine du pavillon hospitalier éponyme, est commencée. Dès que possible, ACERO Groupe Immobilier érigera un complexe résidentiel locatif de 90 logements et trois commerces.

Pour ceux qui n’ont pas suivi le dossier de près, rappelons que le propriétaire des lieux depuis 2017 rêvait d’une tour de 18 étages… Ce qui avait irrité quelques citoyens, tandis que le maire Régis Labeaume s’était montré plutôt favorable à la densification altière du secteur.

De l’eau a passé sous les ponts. Le président d’ACERO, Benoît Raymond, a finalement déposé un projet plus large au sol, mais à hauteur réduite; il oscillera entre quatre et sept étages.

Cette mouture de l’automne 2019 a été mieux accueillie.

«Le projet a été accepté par la Commission d’urbanisme», se réjouit-il. Le Conseil de quartier Vieux-Limoilou a également appuyé les nouveaux plans fin novembre. Le Conseil d’arrondissement La Cité-Limoilou a suivi le 9 décembre. Ne reste que le vote des élus en début d’année 2020 pour mettre le sceau final sur la modification au zonage.

M. Raymond peut donc aller de l’avant. «On a obtenu notre permis de démolition. […] La démolition est commencée depuis la semaine dernière. Cette semaine, on pose le périmètre de sécurité du chantier.»

Pour l’heure, les ouvriers sont peu visibles. C’est qu’ils s’affairent à l’intérieur pour retirer des matériaux contaminés par de l’amiante. Cette phase durera deux mois.

Le bâtiment religieux tombera au cours du deuxième acte, dès février.

Projet de 20 millions $

L’ensemble immobilier qui poussera sur la 1re Avenue comptera 12 maisons de ville sur deux étages et quelque 80 appartements de trois et quatre pièces.

Une fois le lot libéré des vieilles pierres, les constructeurs prendront immédiatement le relais pour faire pousser le projet de 20 millions $.

L’ensemble immobilier comptera 90 «unités», dont 12 maisons de ville sur deux étages et quelque 80 appartements de trois et quatre pièces. À l’intersection de la rue De L’Espinay, il y aura trois locaux commerciaux totalisant 4000 pieds carrés [372 mètres carrés].

Avec l’arrivée du tramway, Benoît Raymond s’attend à voir d’autres promoteurs investir dans la 1re Avenue. «C’est le renouveau de la 1re Avenue. […] Historiquement, c’était une rue qui était très renommée à Québec quand on regarde dans les années 60 et 70. Puis, elle a perdu du lustre au fil des ans. Aujourd’hui, c’est comme le lancement du renouveau de la 1re Avenue.»

Selon une fiche produite par la Ville de Québec, l’église construite en 1926 est fermée depuis 2012. Sa valeur patrimoniale était jugée «bonne», notamment pour son architecture extérieure de style néo-médiéval français. L’hôtel de ville soulignait toutefois : «L’église possède un bon degré d’authenticité, mais son état physique est préoccupant en raison du manque d’entretien depuis sa désaffection.»

M. Raymond fait valoir que des études commandées par le diocèse catholique local en 2007 et en 2012 avaient mis en lumière des problèmes structurels importants. «Celle-là était une de celles qui étaient dans les pires états.»

L’église Saint-François d’Assise est inventoriée au Répertoire du patrimoine culturel du Québec.