Vers 10h30 jeudi, près de la moitié du toit du clocher avait été retiré. Une fois la tour désassemblée, la démolition se fera de l’intérieur afin de ne pas encombrer la rue et les environs.

La démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie en cours [VIDÉO]

Les travaux de démolition de l’église Saint-Coeur-de-Marie sur la Grande Allée ont débuté vers 7h, jeudi matin.

Le démantèlement du bâtiment de style romano-byzantin, à l’abandon depuis 1997, devait s’amorcer mercredi après-midi.

Mercredi, les ouvriers ont procédé à l’ouverture des planchers. L’excavation servira de chute pour les débris et matériaux.

Vers 10h30, près de la moitié du toit du clocher avait été retiré. Une fois la tour désassemblée, la démolition se fera de l’intérieur afin de ne pas encombrer la rue et les environs.

Des rubans de signalisation ont été déployés à une dizaine de mètres du périmètre de sécurité, clôturé par des blocs de béton.

LIRE AUSSI: Démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie: des réactions opposées

Une deuxième grue arrivera plus tard en matinée afin que les travaux s’exécutent «deux fois plus vite», a confirmé Loïc Lessard, directeur des opérations de la Société immobilière Lessard.

L’objectif du propriétaire du 530, Grande Allée, Louis Lessard, est de faire tomber la tour de l’église avant le 8 juillet, afin de rétrécir le périmètre de sécurité paralysant la moitié de la rue. La date butoir n’a pas bougé, selon Loïc Lessard.

+

André Verreault, président d’Action promotion Grande Allée, se dit satisfait de voir la circulation rétablie à l’approche du Festival d’été de Québec.

Quelques membres du Service d’incendie de la Ville de Québec étaient sur place pour «s’assurer qu’il n’y ait de danger pour personne».

Intervention du SPVQ

Les responsables du chantier ont demandé l’intervention du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) vers 7h, avant le début des travaux de démolition, alors qu’une personne s’était introduite à l’intérieur du périmètre de sécurité.

«Sa présence sur place avait un lien avec la démolition», a confirmé David Poitras, porte-parole du SPVQ.

L’individu a refusé de quitter les lieux malgré la demande des policiers. Ils ont dû l’escorter à l’extérieur du chantier. L’intervention s’est déroulée dans le calme.

«Notre patrimoine, c’est notre histoire»

Dans la foulée de la démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie, la députée de Verdun et porte-parole libérale en matière de culture et de communication, Isabelle Melançon, demande à la ministre de la Culture et des Communications et responsable de la Langue française, Nathalie Roy, un état de situation du patrimoine bâti à risque, pour toutes les régions du Québec.

«Mme Roy avait promis d’agir en matière de protection du patrimoine. Aujourd’hui, je lui propose de passer de la parole aux actes», fait-elle valoir. Elle croit qu’une meilleure vue d’ensemble du patrimoine bâti permettra de mieux le protéger et d’éviter un cas semblable.

La députée Melançon se dit désolée de «la démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie après des années de conflits et de débats judiciaires». La situation illustre la problématique des démolitions par abandon, selon elle, qui affecte plusieurs bâtiments d’intérêt patrimonial.