Le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda, le premier ministre François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé, à Québec, mardi  
Le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda, le premier ministre François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé, à Québec, mardi  

La confiance des Québécois envers le gouvernement et les autres citoyens à la baisse

La Presse Canadienne
MONTRÉAL - Le climat de confiance s’est détérioré au cours de l’été au Québec, et ce, tant sur le plan institutionnel que sur le plan interpersonnel, selon un sondage commandé par un groupe de réflexion.

Les données présentées jeudi par l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO) suggèrent que tous les ordres de gouvernement bénéficient d’une moins grande confiance de la population qu’il y a trois mois.

La satisfaction envers la gestion de la crise de la COVID-19 par le gouvernement de François Legault est celle qui s’est le plus effritée, mais elle se situe toujours à un niveau plus élevé que la satisfaction à l’égard de la réponse fédérale.

C’est ce qu’indique du moins l’Indice de la confiance sociétale de l’ICO, basé sur l’opinion de 1000 Québécois qui ont été sondés par BIP Recherche entre le 25 août et 2 septembre.

Les répondants se sont également dits légèrement moins enclins à respecter les lois, même si une vaste majorité reste favorable aux mesures gouvernementales et se dit prête à s’y conformer. Ceux qui remettent en question la science et les règles ne constituent qu’une «minorité bruyante», selon l’institut.

Les Québécois feraient par ailleurs moins confiance aux autres de manière générale, relève-t-on, alors que la pandémie nourrit l’anxiété, l’inquiétude et l’essoufflement.

La crise aurait notamment nui à la solidarité et à l’entre-aide aux yeux des personnes sondées.

Celles-ci considèrent néanmoins que leur niveau de vie s’est légèrement amélioré depuis juin. Seulement un répondant sur deux a évalué que la crise avait eu un effet négatif sur sa vie personnelle durant cette même période, en baisse de sept points de pourcentage par rapport au précédent trimestre.

L’Institut de la confiance dans les organisations se présente comme un groupe de réflexion sans but lucratif et indépendant politiquement et financièrement.