La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail enquête sur un dynamitage survenu vers 16 h le mercredi 23 septembre aux installations de Ciment McInnis à Port-Daniel.
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail enquête sur un dynamitage survenu vers 16 h le mercredi 23 septembre aux installations de Ciment McInnis à Port-Daniel.

La CNESST enquête sur un dynamitage à Ciment McInnis

Gilles Gagné
Gilles Gagné
Collaboration spéciale
PORT-DANIEL – La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail enquête sur un dynamitage survenu vers 16 h le mercredi 23 septembre aux installations de Ciment McInnis à Port-Daniel, en Gaspésie. Survenu dans la portion carrière de la cimenterie, le dynamitage n’a pas fait de blessé mais il a causé des dommages au bâtiment du complexe industriel abritant le concasseur.

«Un sautage régulier était prévu. Toutefois, une projection non attendue de pierres s'est produite (…) Nous sommes intervenus le 24 septembre. L'inspecteur a émis deux décisions : les opérations de sautage (dynamitage) ont été suspendues et l'entrée dans le bâtiment endommagé a été interdite», indique pour le moment Julie Fournier, porte-parole de la CNESST.

Des témoins locaux demandant l’anonymat ont été surpris par l’heure du dynamitage, autour de 16h plutôt qu’à 17h30 comme c’est généralement le cas. Les gens ont aussi été surpris par le bruit dégagé par ce dynamitage.

«L'employeur est actuellement en démarche pour corriger les situations. Un suivi sera fait lorsque les correctifs seront complétés», précise Julie Fournier.

La porte-parole de Ciment McInnis, Maryse Tremblay, corrobore les renseignements fournis par la CNESST, ajoutant que des dommages à un convoyeur s’additionnent à ceux du bâtiment. Elle parle aussi d’un rétablissement complet d’activités.

Madame Tremblay note aussi que «la CNESST a été informée le jour même et s’est rendue sur le site le lendemain. Les opérations de dynamitage ont pu reprendre aujourd’hui (lundi) avec l’autorisation de la CNESST, suite à la mise en place de mesures correctives. Les opérations sont de retour à la normale». 

Au sujet de ces mesures correctives, elle souligne que «nous sommes accompagnés par une firme externe pour les dynamitages, dont les plans sont approuvés au préalable par la CNESST. Nous avons également procédé à une inspection et un nettoyage du bâtiment, pour nous permettre d’y accéder à nouveau». 

Maryse Tremblay note que les pierres projetées «étaient de petite taille, ça se mesure en centimètres. Mais peu importe leur taille, nous prenons la situation très au sérieux». En ce qui a trait à la valeur des dommages, elle juge qu’il s’agit d’une «information à caractère privé». 

La cimenterie de Port-Daniel a défrayé la manchette il y a deux mois pour avoir projeté des émissions de substances collantes dans l’air et dans le voisinage, un incident toujours sous enquête par le ministère de l’Environnement.