La cigarette, éternelle source d'incendies

En dépit des drames et des campagnes de prévention, les cigarettes et les autres articles de fumeur continuent d'être à l'origine de nombreux incendies dévastateurs. Après des décennies de sensibilisation, le message ne passe toujours pas, déplorent des spécialistes en prévention.
Vendredi, la Sûreté du Québec a confirmé que la piste d'une cigarette mal éteinte était étudiée parmi d'autres hypothèses pour expliquer le tragique incendie mortel d'une résidence de personnes âgées à L'Isle-Verte.
Les mégots brûlants laissés à l'abandon demeurent une source inquiétante d'incendies, partout en pays. «Tous les articles pour fumeurs, c'est une cause importante», indique au Soleil Daniel Perron, directeur du Service d'incendie à Sainte-Julie et représentant du Québec au sein de l'Association canadienne des chefs de pompiers.
En 2009, le Conseil canadien pour le contrôle du tabac avait établi que la cigarette était la source numéro un d'incendies à travers le pays. Un brasier sur cinq découlait ainsi d'un mégot oublié ou d'un autre article de fumeur.
Et la cigarette fauche bien des vies. D'après l'Association canadienne des chefs de pompier, environ 70 personnes meurent tous les ans dans des incendies causés par des articles de fumeur.
Selon l'expert en prévention des incendies Daniel Perron, les flammes dévastatrices sont souvent bien simples à comprendre. «Ça revient à la négligence humaine. C'est dans le comportement humain; les gens sont négligents à la base. Dans la grande majorité de nos incendies, ça provient de négligence humaine.»
Le discours sur les dangers de la cigarette en lien avec les incendies ne date pourtant pas d'hier. «On répète constamment le message. Mais avec le temps, les gens laissent tomber leur défense.»
La présence de fumeurs téméraires est particulièrement problématique dans les résidences pour personnes âgées, selon Daniel Perron. «Il y a des gens dans les résidences pour qui fumer, ça a déjà été normal et naturel dans la société. Et il y a beaucoup de fumeurs. C'est un comportement envers lequel nous avons beaucoup de difficultés.»
Daniel Brazeau est lui aussi constamment confronté à l'irréductible cigarette dans sa lutte contre les incendies. «Il y a encore beaucoup d'incendies qui sont allumés par des mégots de cigarettes», rappelle le président de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec. «On le répète régulièrement... Mais vous savez, le monde, ils pensent que la cigarette va s'éteindre. Souvent, ils vont s'assoupir dans le divan. Ils ne vont pas s'en rendre compte.»
Au lendemain des incendies mortels, il doit donc répéter ce sempiternel message envers les mégots. «Toutes les campagnes d'éducation du public, ça revient là-dessus. L'huile à frire, les cigarettes, et ainsi de suite», explique le vétéran pompier. «La prévention, c'est toujours à refaire», conclut Daniel Brazeau.