Le chef de la CAQ, François Legault, a confié comme mission à Éric Caire de débusquer le gaspillage et l'inefficacité  du gouvernement, notamment dans l'octroi des contrats en informatique et ceux accordés par le ministère des Transports.

La CAQ dit constater une «explosion de coûts» dans les infrastructures

La Coalition avenir Québec (CAQ) dénonce la «gestion totalement chaotique» du ministère des Transports (MTQ) dans ses projets d'infrastructure routière.
En point de presse à l'Assemblée nationale, mardi, les porte-paroles de la CAQ pour les transports et le Conseil du trésor Claude Surprenant et Éric Caire ont indiqué qu'ils avaient constaté une «explosion des coûts» dans le Plan québécois des infrastructures 2016-2026 concernant les projets routiers de plus de 50 millions $.
Ainsi, selon les données épluchées par le parti, les estimations de coûts ont gonflé de 239,4 millions $ notamment pour les travaux de maintien des échangeurs Turcot, La Vérendrye et St-Pierre, ainsi que des tunnels Ville-Marie, Viger et Louis-Hippolyte-LaFontaine.
MM. Surprenant et Caire demandent donc des explications au MTQ quant à son évaluation et sa gestion des projets. M. Caire a affirmé qu'il ne comprenait pas comment le ministère a pu «se tromper autant en si peu de temps».
Attribution des contrats
La CAQ ne remet toutefois pas en question l'attribution des contrats eux-mêmes puisqu'elle ne dispose pas de preuve qu'il y aurait eu des irrégularités.
Les députés caquistes ont également déploré le «manque de transparence» du gouvernement libéral, qui ne dévoile pas la liste complète des projets routiers au Québec. Selon eux, le gouvernement n'a pas rendu publics les détails de projets équivalant à 9,2 milliards $.
«Probablement que l'ensemble des dépassements de coûts cette année c'est plus que 240 millions. Malheureusement, on ne peut pas le savoir parce qu'il y a un 9 milliards qui échappe totalement à notre contrôle, qui échappe à la transparence élémentaire auquel devrait se livrer le gouvernement», a pesté M. Caire.
«Il n'y a pas de raison qu'on ait une gestion totalement chaotique des projets de 50 millions et plus et que pour les projets de 50 millions et moins, on soit chirurgical, absolument parfait», a-t-il poursuivi.