Pendant trois jours, la population et plusieurs dignitaires autochtones et non-autochtones rendront hommage à Max Gros-Louis, à Wendake.
Pendant trois jours, la population et plusieurs dignitaires autochtones et non-autochtones rendront hommage à Max Gros-Louis, à Wendake.

Wendake pleure Max Gros-Louis [PHOTOS + VIDÉOS]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Mardi marque le début des funérailles de l’ancien Grand chef de la nation huronne-wendat, Max Gros-Louis. Pendant trois jours, la population et plusieurs dignitaires autochtones comme non-autochtones lui rendront hommage. Le maire de Québec était l’un des premiers à saluer l’héritage de l’homme.

«Max était déjà légendaire. Il est rendu mythique», a lancé Régis Labeaume après s’être recueilli auprès du défunt dont la dépouille est exposée au Complexe sportif de Wendake. Le matin même il lui rendait hommage avec un long billet sur sa page Facebook.

«On n’a pas idée comment ce gars-là est connu et reconnu dans le monde», explique le maire qui a voyagé à de nombreuses reprises avec lui pendant les Fêtes du 400e de Québec en 2008.

«Il avait un charisme incroyable. Il a beaucoup fait pour les nations», soutient celui qui dit avoir même «beaucoup rigolé» avec M. Gros-Louis alors qu’il se trouvait aux soins palliatifs.

De ces nombreux moments partagés, le maire raconte avec un plaisir visible un séjour à Larochelle. «On était là-bas pour le 400et on trouvait que les médias ne parlaient pas beaucoup de nous. Max a donné le grand spectacle : les incantations, il était habillé de façon traditionnelle, il a  sorti le calumet, relate-t-il. Le lendemain tout le monde a bien appris qu’on était en ville. Max et moi on en a ri un bon coup. Je me suis dit: «Il est brillant le Max. Il sait où il va.»» 

Le chef de la nation nouvellement élu, Rémy Vincent, était aussi présent mardi. «C’est un personnage qui a fait rayonner notre nation mondialement. On a 42 ans de différence, mais on m’en a beaucoup parlé et c’est une personne de qui il faut beaucoup s’inspirer quand on est en politique.»

Il souhaite maintenant que les autochtones comme les non-autochtones se souviennent de lui comme d’un diplomate et un bâtisseur. «Il a travaillé toute sa carrière pour les droits des Premières Nations et qui a créé l’assemblée de Premières Nations. C’est une de ses plus grandes réalisations.»

Le décès de Max Gros-Louis a été annoncé le samedi 14 novembre. Pendant plus de trente ans, il tenait les commandes de Wendake (1964 à 1984, 1987 à 1996). Son dernier mandat s’est déroulé de 2004 à 2008, pour ensuite faire place à Konrad Sioui.

Le maire de Québec Régis Labeaume en compagnie de Gabriel Savard, ancien bras droit de Max Gros-Louis, ont été parmi les premiers à rendre hommage à l'ancien Grand chef de Wendake, mardi matin
Pendant trois jours, la population et plusieurs dignitaires autochtones et non-autochtones rendront hommage à Max Gros-Louis.
Le Grand chef de Wendake Rémy Vincent était présent mardi matin.