Il y avait longtemps qu'on n'avait pas vu les deux maires se serrer la pince. C'est finalement l'inauguration des deux plaques commémoratives soulignant les 100 ans du pont qui les aura réunis.

«Vous m'avez tellement manqué!» dit Labeaume à Lehouillier

Si les hostilités ont cessé entre Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, le maire de Québec n'a pas oublié les circonstances ayant mené à la fin abrupte du projet de service rapide par bus (SRB). À tel point que même d'éventuels projets conjoints entre les deux Villes pourraient écoper.
«On ne peut pas demander au maire de Québec de ne pas être craintif dans les dossiers à l'avenir. Ça reste, ces affaires-là. Ça laisse des traces. C'est toujours une question de confiance», a laissé entendre M. Labeaume en marge des célébrations du centenaire du pont de Québec, auxquelles il prenait part en compagnie de M. Lehouillier. «Il faut en revenir, mais on va être plus prudent [à l'avenir], c'est certain.»
Il y avait longtemps qu'on n'avait pas vu les deux hommes se serrer la pince. C'est finalement l'inauguration des deux plaques commémoratives soulignant les 100 ans du pont qui les aura réunis, au parc de la Marina-de-la-Chaudière, à Lévis. «Vous m'avez tellement manqué!» a d'ailleurs blagué Régis Labeaume au moment de la symbolique poignée de main.
Rappelons que le maire de Québec a vivement critiqué son homologue lévisien après que celui-ci eut décidé de se retirer du projet de SRB, en avril dernier. Il a par la suite exclu tout nouveau scénario de transport collectif entre les rives nord et sud, affirmant concentrer ses énergies sur Québec. Et ce, pendant que Gilles Lehouillier laissait la porte ouverte à un autre type de transport interrives.
Cinq mois après l'abandon du projet de SRB, le maire de Lévis a d'ailleurs adopté le même ton samedi lorsque questionné sur sa relation avec le maire Labeaume. «Au-delà de nos dossiers divergents, on est là pour travailler ensemble à l'avancement de l'ensemble de la communauté métropolitaine. [...] Aujourd'hui, on est très heureux que Régis soit ici, à Lévis. Je pense que ça lance un signal positif pour le développement de l'ensemble de notre grande région.»