Des centaines de rues passeront d’une limite de 50 km/h à 40 km/h, voire même 30 km/h selon l’environnement.
Des centaines de rues passeront d’une limite de 50 km/h à 40 km/h, voire même 30 km/h selon l’environnement.

Vitesse diminuée en 2021 dans les rues de Québec

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
La baisse de la limitation de vitesse à 30 ou 40 km/h dans les rues résidentielles de Québec débutera au printemps 2021.

L’administration Labeaume en a fait l’annonce mardi lors d’un point de presse sur la mise à jour de sa stratégie 2020-2024 en matière de sécurité routière . À terme, des centaines de rues passeront d’une limite de 50 km/h à 40 km/h, voire même 30 km/h selon l’environnement. 

«Notre objectif est de réduire la vitesse. Si vous roulez pendant un kilomètre dans les rues de votre quartier et que la vitesse est réduite de 50 km à 30 km/h, votre temps de parcours va augmenter de 48 secondes. Et si vous ne respectez pas la limite, ça va augmenter de six fois le risque de provoquer la mort d’un piéton», a rappelé le maire de Québec. 

Inciter les automobilistes à lever le pied est au coeur de cette stratégie qui mettra aussi l’accent sur la courtoisie au volant et la sécurité des corridors scolaires.

Le maire donne en exemple le non-respect des traverses piétonnes prioritaires. À ce chapitre, le Québec se démarque. Et pas pour les bonnes raisons.

«Il faut expliquer aux touristes du Canada anglais qu’ils peuvent se faire tuer s’ils mettent un pied dans la rue parce qu’ils n’ont pas la priorité contrairement à chez eux. C’est triste, mais c’est la vérité. Il faut que ça change.»

Le directeur du transport, Marc Des Rivières ne peut dire combien de rues seront à 40 km\h ou 30 km/h. Chose certaine, la quasi-totalité des artères résidentielles sera à 30 km/h. 

«En zone scolaire, c’est 30 km/h. Les petites rues sur lesquelles la majorité des citoyens demeurent, on sera aussi à 30 km/h. Et ce qui sera la rue principale du quartier où il y a le transport en commun et où circulent les véhicules d’urgence, ça sera 40 km/h. Pensons dans Lebourgneuf au boulevard de la Morille et Thérèse-Casgrain. Ces deux artères seraient à 40 km/h et les petites rues autour à 30 km/h», donne-t-il en exemple.


« Il faut expliquer aux touristes du Canada anglais qu’ils peuvent se faire tuer s’ils mettent un pied dans la rue parce qu’ils n’ont pas la priorité contrairement à chez eux. C’est triste, mais c’est la vérité. Il faut que ça change »
Le maire de Québec, Régis Labeaume

La Ville de Québec investit 60 millions $ sur cinq ans pour une meilleure signalisation, plus de marquage au sol et de construction de trottoirs, une campagne de communication qui débute cet automne sous le thème «À Québec, on dit oui à la courtoisie» et pour reconfigurer 140 sites accidentogènes.

De son côté, la police de Québec crée un bureau de la sécurité routière où 18 policiers coordonneront des opérations et des analyses concertées en matière de sécurité.