Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau, a tenu à rassurer les citoyens sur l'intégrité de son équipe et de l'appareil municipal.

Visite de l'UPAC: le maire de Saint-Augustin clarifie la situation

Excédé par la visite de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) plus tôt cette semaine à son hôtel de ville, le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau, a rencontré les médias ce matin afin de laver sa réputation et celle de la municipalité.
Il a tenu à rassurer les citoyens sur l'intégrité de son équipe et de l'appareil municipal, alors que l'été dernier, un ancien cadre de la ville, Jean-Claude Desroches, a soulevé des doutes sur de possibles gestes de malversation concernant l'octroi d'un contrat à la firme Génio. Il a d'ailleurs remis un avis juridique aux journalistes dans lequel l'avocat Yves Boudreault affirme que ce fameux contrat avait été accordé dans les règles de l'art, même si aucun appel d'offres n'avait été réalisé à l'époque. M. Corriveau a aussi ajouté n'avoir jamais bénéficié de financement illégal pour ses campagnes électorales de la firme Génio.
Les journalistes ont aussi eu accès à une lettre rédigée par M. Desroches envoyée le 25 juillet au président de la firme Génio, Simon Bourque, à la suite de sa sortie marquée dans les médias. Dans la missive de deux pages, M. Desroches présente ses excuses à M. Bourque.
«Rien ne me permet de croire que Génio Experts-Conseils Inc. a été impliquée illégalement ou à l'encontre des bonnes moeurs dans le cadre de l'élection municipale à la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures, tant en 1997 que par la suite», peut-on lire dans le document signé de la main M. Desroches.
M. Corriveau a répété comme il l'a dit plus tôt cette semaine que la visite de l'UPAC concernait uniquement le congédiement de l'ancienne directrice des affaires juridiques, Me Caroline Nadeau, pour enquêter sur de possibles représailles qu'elle aurait pu subir au travail, pour avoir dénoncé des choses à la même unité d'enquête.
«Nous sommes convaincus qu'à la fin du processus, aucune accusation ne sera déposée», a-t-il lancé.