Des échantillons ont été prélevés à la station de pompage de la rue des Sables cet automne.

Vétuste poste de pompage à Québec

EXCLUSIF / D’autres équipements municipaux polluent Limoilou et les alentours. Les moteurs des principaux postes de pompage d’eaux usées ont projeté, projettent toujours, des émissions nocives dans l’air. Et le niveau de bruit contrevient à la réglementation de la Ville.

Les plus récents tests ont été effectués durant l’automne, a constaté Le Soleil. Cette fois-là, c’était sur la rue des Sables, au poste de pompage Limoilou. Et les résultats ont été similaires à ceux obtenus lors d’échantillonnages réalisés précédemment au poste Nord-Ouest planté à l’intersection des rues Bourdages et Monseigneur-Plessis.

Que dit le rapport d’analyse? Lorsque les pompes nourries au carburant diesel s’activent pour envoyer le contenu des égouts vers la station d’épuration des eaux usées, le niveau de bruit est «élevé» et il y a «émission de particules, de composés organiques volatils et de monoxyde de carbone», lit-on dans des documents de la mairie. En contravention, entre autres, du Règlement sur le bruit de la Ville de Québec, de la Loi sur la qualité de l’environnement et du Règlement multisectoriel sur les polluants atmosphériques.

Machinerie hors normes

Les mêmes défaillances que celles constatées au poste Saint-Pascal du boulevard Henri-Bourassa il y a déjà quelques années. Mais là-bas, l’administration n’avait pas eu besoin de confirmation scientifique pour savoir que la machinerie était hors normes.

Allons-y pour les questions légitimes des citoyens vivant près de ces installations. De quelle nature sont les rejets? Quel est le niveau sonore de la machinerie? Quels sont les impacts pour les personnes qui côtoient ces trois postes de pompage depuis leur construction il y a 40 ans, 50 ans? La Ville a refusé de répondre.

Porte-parole municipal, David O’Brien tient cependant à préciser que les postes de pompage des égouts disposent d’une ou deux pompes électriques, pas vraiment polluantes. Et que c’est lorsque le débit dans les tuyaux s’accroît (pluie, fonte de la neige, etc.), durant les pannes de courant, quand ces pompes brisent, quand il faut les entretenir… C’est alors que les plus nombreuses pompes diesel s’activent.

Il ajoute que la Ville est consciente de la vétusté de ces équipements depuis au moins 2012. Des travaux correctifs ont été réalisés au poste Saint-Pascal au fil des ans; des ouvriers y sont toujours à l’œuvre. Et le poste du Nord-Ouest viendrait tout juste d’être modernisé, dit-il.

Ratés au poste de Limoilou

Reste le poste de Limoilou, où les tests effectués cet automne ont démontré des ratés. Selon l’échéancier préliminaire, la mise aux normes devrait commencer en mars 2019.

Au fait, les prélèvements au poste Limoilou ont été effectués cet automne. C’est justement au cours de l’automne qu’une citoyenne, Johanne Doucet, avait dénoncé dans les pages du Soleil le bruit excessif provenant de là. Les bruyantes et polluantes pompes diesel avaient fonctionné sans arrêt des semaines durant pour cause de réparation sur la tuyauterie du secteur. Mais cette plainte n’a rien à voir avec le présent dossier, avec les rénovations annoncées, assure M. O’Brien. Il s’agirait d’une coïncidence : «Il est important de ne pas confondre […], car ce sont des dossiers distincts.»

La qualité de l’air dans le quartier Limoilou a souvent fait la manchette. Notamment pour la poussière rouge volant depuis le port et les rejets toxiques de l’incinérateur à déchets municipal.