Verdir Saint-Roch est notamment derrière l’installation du potager collectif situé sur le terrain de la coopérative La Nef (église Notre-Dame de Jacques-Cartier, rue Saint-Joseph).

Verdir Saint-Roch en lice pour un prix de la Fondation David Suzuki

La concertation Verdir Saint-Roch, qui souhaite changer le visage du quartier du même nom à grands coups de potagers urbains, d’arbres et d’arbustes, se retrouve parmi les 10 finalistes québécois pour le Prix Action de la Fondation David Suzuki.

Verdir Saint-Roch, initiative lancée à l’automne 2015, unit les forces d’une quinzaine de groupes communautaires et de dizaines de bénévoles. «C’est un projet collectif, parti vraiment de rien», raconte Hélène Pélissier, membre du comité de gestion de la concertation. 

Selon la description fournie par la Fondation, le projet «favorise la cohabitation harmonieuse d’un potager central, d’arbres fruitiers, de 12 sites-jardins satellites, avec plus de 20 espèces comestibles plantées, récoltées puis distribuées aux citoyens et aux cuisines collectives». 

Verdir Saint-Roch est notamment derrière l’installation du potager collectif (central) situé sur le terrain de la coopérative La Nef (église Notre-Dame de Jacques-Cartier, rue Saint-Joseph). D’autres sites, comme le parvis de l’Église Saint-Roch, ont vu ou verront apparaître leurs potagers collaboratifs. 

Toujours pour encourager l’agriculture urbaine, des ateliers sont offerts gratuitement par la concertation pour aider les citoyens à en faire autant à la maison, sur les toits ou les balcons. 

Puis, il y a tout le volet qui consiste à combattre les îlots de chaleur par la verdure. Appuyé notamment par la Ville de Québec, Verdir Saint-Roch a planté une trentaine d’arbres — dont 22 fruitiers — et une centaine d’arbustes seulement cet automne. 

Seul finaliste de Québec

Mme Pélissier, qui coordonne cette opération, en espère encore plus l’an prochain. L’idée est «d’investir tous les lieux possibles», directement chez le citoyen ou sur le terrain des organismes présents en basse ville. 

Seule initiative de la région de Québec retenue par la prestigieuse organisation environnementale, la concertation Verdir Saint-Roch pourrait mettre la main sur une bourse de 4000$ et recevoir une visite de M. Suzuki en personne s’il gagne la faveur du jury. La population a aussi son mot à dire, alors que les 10 projets sont soumis au vote du public du 24 novembre au 3 décembre (goo.gl/MYuFCy).

Charlevoix et Rimouski

La région de Charlevoix a aussi son projet en lice, avec la Coop de l’arbre, qui s’est donnée pour mission «d’élever l’arbre comme symbole de l’économie de transition et d’éducation environnementale». 

Puis, à Rimouski, l’école Du-Grand-Pavois-Sainte-Agnès a mobilisé ses élèves en créant une énorme murale représentant la biodiversité du Saint-Laurent.